GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 2 Décembre
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Rappel de véhicules: la présidente de General Motors devant le Congrès

    media Mary Barra, le 23 janvier 2014. REUTERS/Carlos Osorio/

    La présidente de Général Motors Mary Barra est auditionnée par la Chambre des représentants ce mardi 1er avril. La firme a rappelé 5 millions de véhicules, après la découverte d’un défaut dans l’allumage de véhicules de type Chevrolet Cobalt vendues aux Etats-Unis. Ce défaut a causé la mort de 13 personnes dans une trentaine d’accidents voilà 10 ans.

    Général Motors, 3e firme automobile mondiale, se remettait lentement de la crise économique. La faillite évitée et une nouvelle présidente nommée : tout allait bien jusqu’à ce que cette affaire ancienne d’une dizaine d’année remonte à la surface.

    Les parlementaires et le ministère de la justice veulent savoir pourquoi la firme a mis tout ce temps pour rappeler des véhicules potentiellement dangereux ; pourquoi la faute n’a pas été reconnue plus tôt ; pourquoi le public n’a pas été informé des risques.

    Excuses publiques

    Mary Barra, qui a pris ses fonctions en janvier dernier, a donc hérité de cette situation qui peut coûter très cher à la firme automobile. L’une de ses premières missions a été de faire des excuses publiques.

    « Quelque chose n’allait pas dans notre fonctionnement, et des faits épouvantables ont eu lieu. En tant que membre de la famille Général Motors et en tant que mère de famille, cela me touche profondément. Nous avons fait des excuses, mais ce n’est qu’une étape dans la résolution du problème. »

    Par mesure de précaution les rappels de véhicules ont été multipliés, sur des voitures qui ne présentent pas de danger, mais c’est la réputation de Général Motors qui est en jeu. Le Congrès et le ministère de la Justice sont d’autant plus sévères que c’est avec l’argent du contribuable américain que la société a été remise à flot. Certains estiment que la présidente Mary Barra joue sa crédibilité sur cette affaire.

    → A (RE)LIRE : General Motors visé par la justice américaine

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.