GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Grève contre la vie chère: Buenos Aires à l'arrêt

    media Retiro, le terminal des bus de Buenos Aires, complètement vide le 10 avril 2014. REUTERS/Marcos Brindicci

    Pas de train de banlieue, pas de métro, pas d'autobus. Ce jeudi, la capitale argentine s'est retrouvée paralysée par la grève. Un mouvement déclenché par les syndicats opposés à la politique économique du gouvernement de la présidente Cristina Kirchner.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires,  Jean-Louis Buchet

    Sans bus, ni métro, ni trains de banlieue, Buenos Aires s'est transformée en ville morte ce jeudi 10 avril. Jusqu’au soir, seules quelques voitures particulières et de rares taxis circulaient dans des rues désertes. C’est ce que voulaient les trois centrales syndicales qui ont appelé à la grève. L’adhésion massive des syndicats des transports publics y a beaucoup contribué. Tout comme l’action de mouvements sociaux et de groupes d’extrême gauche qui, contre l’avis des centrales ouvrières, ont coupé les autoroutes d’accès à la capitale et bloqué certains de ses carrefours.

    Autoroute d'accès à Buenos Aires, le 10 avril 2014. REUTERS/Enrique Marcarian

    Il n’y a pratiquement pas eu d’activité dans les bureaux et les administrations. Il est cependant difficile de dire qui n’est pas allé travailler parce qu’il est gréviste - c’est le cas, bien sûr, des membres des syndicats à l’origine du mouvement - et qui ne l’a pas fait faute de pouvoir se déplacer. Beaucoup d’entreprises avaient demandé à leurs employés de ne pas venir au bureau et de travailler chez eux. Le gouvernement insiste sur le fait qu’on a empêché les gens de se rendre au travail. Les organisateurs parlent d’un très large succès.

    La vérité est sans doute entre les deux, mais il est clair que les syndicats ont marqué des points. Dans les négociations salariales en cours avec les employeurs, il y aura sans doute des augmentations plus élevées que ne le souhaitait le gouvernement, de l’ordre de 35%, pour compenser l’inflation, ainsi que le demandent les syndicats. Par ailleurs, les centrales qui ont appelé à la grève se réclament du péronisme, comme la présidente Cristina Kirchner. Le succès de cette journée de grève tendrait à prouver que le péronisme dissident gagne du terrain.

    → À (RE)LIRE : Grève générale en Argentine contre la vie chère

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.