GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Abou Hamza donnait la «permission» de faire le jihad en Afghanistan

    media L'assistant du procureur Edward Kim (r.) et Abou Hamza, l'islamiste radical accusé de terrorisme, lors du procès qui s'est ouvert à New York le 14 avril 2014. REUTERS/Jane Rosenberg

    Lors du deuxième jour du procès à New York d’Abou Hamza, accusé de prise d’otages au Yémen et de complot terroriste, un témoin cité par l’accusation a déclaré que l’imam islamiste était celui qui donnait la « permission » aux candidats au jihad d’aller en Afghanistan.

    Avec notre correspondant à New York, Jean-Louis Pourtet

    David Smith, un chrétien converti à l’Islam en 1997, alors qu’il avait 17 ans, écoutait les prêches enflammés de l’imam britannique enregistrés sur des cassettes et diffusés dans une mosquée de Seattle, dans le nord-ouest des Etats-Unis. C’est là qu’il avait appris les conditions pour partir en Afghanistan : l’obéissance et une « bonne personnalité ». C’est Abou Hamza « qui donnait la permission », a précisé ce témoin. David Smith s’était rendu à Londres en 1999 pour rencontrer l’imam. De retour aux Etats-Unis, il avait reçu un entrainement au maniement des armes d’un musulman de nationalité suédoise. Celui-ci, Oussama Kassir, lui a appris, ainsi qu’à cinq ou six autres jeunes, comment monter et démonter une Kalachnikov AK 47, comment la modifier pour l’adapter à des grenades ou encore comment fabriquer un silencieux.

    L'avocat d'Abou Hamza évoque Nelson Mandela

    Oussama Kassir, ainsi qu’un autre musulman britannique, Harron Agwat qui a été tué plus tard en Afghanistan, avaient été envoyés par Hamza pour ouvrir un camp d’entrainement dans l’Oregon. Les procureurs entendent prouver la culpabilité de l’imam, inculpé de onze charges. Pour son avocat, l’objectif est de le présenter comme un homme utilisant un langage violent uniquement pour attirer l’attention sur la cause qu’il défend, mais qui n’a jamais été impliqué dans des actes terroristes. Etablissant un parallèle entre son client et Nelson Mandela, le défenseur d’Abou Hamza a déclaré que l’ancien président sud-africain « avait été à une époque considéré comme un terroriste, et il est aujourd’hui une icône ».

    → A CONSULTER - Dans les archives de RFI :

    28/05/2004 : L’imam intégriste Abou Hamza est en prison
    21/01/2003 : Raid contre la mosquée controversée de Finsbury Park

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.