GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Oscar Ivan Zuluaga crée la surprise en Colombie

    media Oscar Ivan Zuluaga devance au premier tour de la présidentielle Juan Manuel Santos pourtant grand favori du scrutin. REUTERS/Fredy Builes

    Enorme surprise à l'élection présidentielle en Colombie : le candidat de droite, Oscar Ivan Zuluaga remporte le premier tour et devance de près de quatre points le président sortant, Juan Manuel Santos, pourtant grand favori du scrutin. Les deux candidats s'affronteront au second tour le 15 juin sur un thème principal : les pourparlers de paix avec la guérilla des Farc. Mais une grande partie des Colombiens restent sceptiques vis-à-vis de ce processus de paix et ont voté pour le candidat qui s'y oppose fermement.

    Juan Manuel Santos s'était posé comme l'homme de la paix dans cette campagne présidentielle. Mais au premier tour, le chef d'Etat sortant n'a recueilli que 25,7% des voix. Pourtant, il garde le cap pour le second tour : « Dans trois semaines, les Colombiens ont le choix entre deux options : ils pourront choisir entre nous qui voulons la fin de la guerre et eux qui préfèrent une guerre sans fin. Et nous allons gagner avec la paix ! »

    Son rival de droite, Oscar Ivan Zuluaga, est partisan de la manière forte contre la guérilla marxiste, telle qu'elle a été menée par son mentor et ex-président Alvaro Uribe. Cette position lui a valu 29,3% des voix au premier tour. Zuluaga dit lui aussi vouloir la paix : « Une véritable paix dans la justice. Nous ne pouvons pas accepter, que les Farc dirigent le pays depuis la Havane ! Un président de la République ne doit pas être manipulé par les Farc. Si le président offre l'impunité à ceux qui commettent des crimes atroces, ceux qui ont causé tant de mal aux victimes ne seront pas traduits en justice ». La campagne présidentielle a été marquée par de nombreux scandales. Celle pour le second tour ne s'annonce guère plus tendre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.