GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Présidentielle en Colombie: passe d’armes entre les deux candidats

    media Le président sortant colombien Juan Manuel Santos (G) et le candidat Ivan Zuluaga pendant le débat télévisé, à Bogota, le 5 juin 2014. REUTERS/Caracol TV/Diego Lurduy/Handout via Reuters

    Le processus de paix avec les FARC, la guérilla marxiste, est au cœur de la campagne présidentielle de l'entre-deux tours en Colombie. Le président sortant, Juan Manuel Santos, candidat à un second mandat, a initié le dialogue avec les forces armées révolutionnaires et il souhaite que ces négociations aillent à leur terme. Mais son opposant, Oscar Ivan Zuluaga, a promis de les suspendre, il réclame d'abord un cessez-le-feu unilatéral de la rébellion. Deux visions totalement opposées et défendues par l'un et par l'autre lors du premier débat télévisé entre les deux hommes.

    Le processus de paix avec les FARC est le sujet central de ce second tour de l’élection présidentielle en Colombie. Jeudi soir, lors du premier débat télévisé entre les deux candidats, les deux hommes se sont clairement positionnés sur le processus de paix entamé en novembre 2012.

    Si Juan Manuel Santos souhaite continuer sur cette voie, qui devrait, à terme, permettre de mettre fin au conflit, son adversaire, Oscar Ivan Zuluaga, souhaite d'abord un cessez-le-feu unilatéral avant d'envisager de poursuivre les négociations. Juan Manuel Santos durant ce débat n'a d'ailleurs pas hésité à critiquer son adversaire. « Le docteur Oscar Ivan ne sait pas grand-chose sur le thème de la paix. Il y a trois jours, il a dit la chose suivante : il ne considère pas qu'il existe un conflit armé interne, mais qu'il s'agit d'attaques terroristes. Comment peut-il s'assoir pour négocier s'il ne reconnaît pas le conflit armé ? ».

    → A (RE) LIRE : Colombie: trêve unilatérale des Farc durant la présidentielle

    Selon Oscar Ivan Zuluaga, les Colombiens attendent d'abord un cessez-le-feu pour créer un environnement favorable à l'obtention d'un accord avant de poursuivre les discussions avec les FARC. Pour l'instant, les deux hommes sont au coude-à-coude dans les sondages.

    Lundi prochain se tiendra le dernier débat télévisé entre les deux candidats. Un débat qui pourrait avoir un impact définitif sur le choix des Colombiens avant le scrutin du second tour de la présidentielle, le 15 juin.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.