GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Présidentielle en Colombie: dernière ligne droite avant vote

    media Le président et candidat colombien Juan Manuel Santos (G) et le candidat Ivan Zuluaga pendant le débat télévisé, à Bogota, jeudi le 5 juin 2014. REUTERS/Caracol TV/Diego Lurduy/Handout via Reuters

    C’était dimanche le dernier jour de campagne pour les deux candidats à l’élection présidentielle en Colombie, une dernière journée de campagne en dehors de Bogota. En lice : le président sortant Juan Manuel Santos, qui place dans la balance le processus de paix en cours avec la guérilla des FARC à La Havane, et Oscar Ivan Zuluaga, le poulain de l’ex-président Alvaro Uribe, partisan de la manière forte avec les FARC. Deux candidats au coude-à-coude dans les sondages.

    Avec notre envoyée spéciale, Véronique Gaymard.

    Les deux candidats ont choisi de terminer leur campagne ailleurs que dans la capitale, en misant sur les communautés rurales. Le processus de paix a été au cœur de la campagne, Juan Manuel Santos en a fait son cheval de bataille en disant à ses électeurs « vous allez choisir entre la paix et la guerre ». Il a reçu le soutien de Clara Lopez du Pôle démocratique, le parti de gauche, et de l’Alliance verte.

    Ivan Cepeda, sénateur du Pôle démocratique, lui aussi soutien à Santos, explique le choix de son parti : « En Colombie, la gauche a mûri et a compris qu’à certains moments historiques, il faut soutenir même les candidatures de personnalités du régime pour avoir la garantie de réaliser des objectifs démocratiques desquels le futur de la nation dépend. Dans ce cas précis, il s’agit de la paix. Le candidat Santos a dirigé ce processus de paix, et pas seulement de façon rhétorique : il y a déjà des discussions avec trois accords, ce qui constitue une avancée jamais vue en cinquante ans de conflit avec les FARC ».

    Juan Manuel Santos a fait campagne à Rionegro, dans le département d'Antioqua, dimanche 8 juin 2014, avec des membres de son parti. AFP PHOTO/Raul ARBOLEDA

    En effet, les discussions à La Havane ont fait un pas de géant, ce samedi 7 juin 2014, avec l’annonce d’un accord préliminaire sur la question des victimes et leur participation aux négociations. Pour Santos, pas question de revenir en arrière, au contraire : « Il a aussi été décidé d’accélérer le processus [samedi, NDLR]. Et c’est un pas très important, en discutant simultanément la question des victimes, la justice transitionnelle et le désarmement, la démobilisation, et arriver à un accord au plus vite », a-t-il déclaré, s’exprimant sur ce qui l’unit à Clara Lopez et au Pôle démocratique.
    Luis Carlos Morales, président d’une association de déplacés, victimes de la guerre, n'est pas enthousiaste pour autant. Il n'écoute pas les promesses et s'en tiendra aux faits :

    Luis Carlos Morales, président d’une association de déplacés colombienne 09/06/2014 Écouter

    Oscar Ivan Zuluaga, le rival du président sortant, soutenu par Marta Lucia Ramirez, a réitéré que s’il était élu, il réviserait point par point les accords déjà signés, et qu’aucune discussion ne pourrait reprendre sans un cessez-le-feu définitif des FARC. S’il gagne le soutien de beaucoup de fans de l’ancien président Uribe et de sa politique tranchée face aux FARC, il en plonge d’autres dans le doute, notamment au sujet de l’emploi :

    Confidences de pro-Zuluaga 09/06/2014 Écouter
    Des supporters d’Oscar Ivan Zuluaga, le poulain d'Alvaro Uribe, candidat à l'élection présidentielle colombienne, assistent à un meeting, à Tunja, dans le département de Boyaca, dimanche 8 juin 2014. AFP PHOTO/Guillermo Legaria

    Les FARC, elles, ont décrété justement un cessez-le-feu du 9 au 30 juin, cette fois sans l’ELN, l’autre mouvement de guérilla. Les électeurs ont encore jusqu'au 15 juin pour se décider. Beaucoup avouent ne pas savoir pour qui voter ou annoncent déjà un vote blanc.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.