GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    En Colombie, la paix n'est pas la seule préoccupation des électeurs

    media Le candidat colombien à la présidence de la République, Oscar Ivan Zuluaga, à Bogota, le 28 mai 2014. REUTERS/Jose Miguel Gomez

    Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont décrété une trêve de leurs actions armées pour le second tour de l'élection présidentielle le 15 juin, comme elles l'avaient déjà fait pour le premier tour. Les négociations de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla marxiste sont l'un des enjeux de l'élection présidentielle. Mais il n'est pas le seul, comme le rappelle des électeurs au micro de RFI.

    Avec notre envoyée spéciale à Bogota, Véronique Gaymard, et notre correspondante, Marie Eve Detoeuf

    Depuis 20 ans, les FARC accaparent le débat électoral. Les guérilleros ont encore occupé le plateau lundi soir, à la télévision, lors d’un énième débat entre les deux candidats à la présidence. « Vous voulez la guerre », a dit Juan Manuel Santos à son adversaire. « Je veux une paix sans impunité », a répondu Oscar Ivan Zuluaga, « je veux une paix sans Timochenko au Congrès ». Timochenko, c’est le chef des FARC. Les uribistes qui sont partisans de la manière forte accusent le gouvernement actuel de trop céder à la guérilla, et ce faisant de démoraliser l’armée. Santos qui a été ministre de la Défense avant d’être président se retrouve sur la défensive : « Les forces armées vont très bien, elles sont monolithiques et voient le futur avec optimisme. Les militaires savent que la paix est la victoire. » M. Zuluaga a lui promis d’améliorer les salaires des soldats et d’élargir la compétence de la justice militaire. Mieux encore - ou pire -, il a promis un projet de loi pour que soldats et policiers condamnés pour des crimes commis dans le cadre de leur service sortent de prison. Les organisations de défense des droits de l’homme grincent déjà des dents. Les partisans de Zuluaga, eux, n'ont pas relevé.

    « Créer les emplois dont le pays a besoin »

    Au passage d'un carrefour, des jeunes arborant un tee-shirt jaune distribuent des affiches et brandissent des drapeaux barrés d'un «Z», comme Zuluaga.

    Dans sa voiture, Ernan fait au passage un signe de la victoire. Il soutient Oscar Ivan Zuluaga qui représente pour lui la politique de fermeté de l'ex-président Alvaro Uribe, dont la Colombie aurait besoin. « Santos n'a rien fait pour la Colombie, estime-t-il, je n'ai rien vu. Lui, il ne fait que parler de la paix, la paix, la paix. Et le peuple alors? Il croule sous son fardeau. Ca ne vaut pas le coup, il faut changer. Et puis il vaut mieux qu'ils en finissent avec la guérilla. »

    Mariana, elle, était convaincue de voter pour Zuluaga. Mais après avoir entendu ses discours, elle émet des réserves : « Je sais que c'est un allié d'Uribe, qu'Uribe en a fini avec la guérilla qui nous a tellement opprimés, nous, les Colombiens. Mais il y a aussi des points négatifs. Entre autre, il propose d'augmenter le temps de travail. Ca n'apportera rien. Il devrait plutôt créer les emplois dont le pays a besoin. »

    Emploi, santé, éducation, infrastructures, développement rural et sécurité sont les six sujets qui reviennent sans cesse parmi les principales préoccupations des électeurs. La paix, bien sûr, mais pas à n'importe quel prix, disent les électeurs de Zuluaga, et sans oublier ces questions de fond.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.