GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    En Colombie, le gouvernement annonce des négociations avec l'ELN

    media Un violent accrochage entre guérilleros de l'ELN et armée régulière colombienne a fait une dizaine de tués dans les rangs de l'ELN selon l'armée, Arauca, novembre 2013.

    En pleine campagne électorale pour le second tour de l’élection présidentielle, le gouvernement colombien révèle que des discussions de paix approfondies s'ouvrent avec l'ELN, deuxième mouvement de guérilla du pays. Des négociations sont déjà en cours entre les FARC et le gouvernement à Cuba. L’opposition crie à la manœuvre électorale.

    Avec notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Deteuf

    Faut-il négocier avec les guérilleros ? La question polarise le débat électoral en Colombie. Pour le parti libéral, les intellectuels, la gauche, l’ouverture de négociations avec l’ELN est évidemment une bonne nouvelle, tous les électeurs de Santos s’en sont félicité, l’ONU aussi.

    Le communiqué conjoint du gouvernement et de la guérilla est pourtant très prudent. Il parle de « phase exploratoire en vue d’un processus de paix ». Mais à droite, les dents grincent déjà en premier lieu parce que l’idée de négocier avec des terroristes a toujours été mal vue. Oscar Ivan Zuluaga, candidat de droite soutenu par l'ancien président Uribe, n’a cessé de critiquer les négociations en cours avec les FARC et accuse Juan Manuel Santos de livrer le pays au « castrochavisme », autrement dit au communisme.

    « Opportunisme électoral » dénonce l'opposition

    Autre sujet de récrimination de la part des conservateurs : le calendrier. Les pourparlers avec l’ELN durent en effet depuis des mois mais le communiqué conjoint tombe, comme par hasard, entre les deux tours des présidentiels. « L’opportunisme du gouvernement a de quoi dégoûter », a déclaré Marta Lucia Ramirez du Parti conservateur, arrivée en troisième position au premier tour du scrutin et qui accompagnait Oscar Ivan Zuluaga dans la dernière ligne droite de la campagne. 

    Mais il n’est pas sûr que les négociations avec l’ELN, qui ne représentent plus que quelque 2500 contre 8000 pour les FARC, pèsent dans les urnes en faveur de Santos.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.