GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    L'Argentine forcée à la négociation avec les fonds spéculatifs

    media La présidente argentine Cristina Kirchner a exclu un nouveau défaut de paiement. REUTERS/Marcos Brindicci

    En Argentine, la présidente Cristina Kirchner a vivement réagi, lundi 16 juin au soir, à la décision de la Cour suprême des États-Unis confirmant une sentence de la justice américaine de 2013 l’obligeant à payer 1,4 milliards de dollars à des fonds spéculatifs qui n’avaient pas accepté les restructurations de dette négociées avec ses créanciers privés après la cessation de paiement de 2001. La présidente a rejeté ce qu’elle a qualifié de racket, mais a affirmé que l’Argentine continuerait d’honorer ses engagements, ce que la justice américaine lui interdit en principe si elle ne paie pas ce que réclament les fonds spéculatifs.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires, Jean-Louis Buchet

    En 2005 et 2010, la majorité des créanciers de l’Argentine, détenant ensemble 93% de la dette en cessation de paiement depuis 2001, ont accepté d’être remboursés avec une importante décote. Ceux qui ont refusé l’accord sont principalement des fonds spéculatifs qui avaient racheté des titres argentins à bas prix.

    Et deux d’entre eux ont obtenu d’un juge américain que l’Argentine soit condamnée à leur payer 1,4 milliards de dollars, 800% de plus que leur mise initiale. La présidente Cristina Kirchner s’y refuse. Au nom de l’éthique et du traitement égalitaire de tous les créanciers, mais aussi parce que c’est 15 milliards de dollars, plus de la moitié des réserves de change du pays, qu’il faudrait débourser si les autres fonds s’adressaient à la justice.

    Défaut de paiement ?

    La sentence interdit à l’Argentine de continuer à rembourser les créanciers qui ont accepté la restructuration si elle ne paie pas les fonds spéculatifs. Le rejet de celle-ci mettrait ainsi l’Argentine en défaut de paiement. Non parce qu’elle ne pourrait pas payer, mais parce qu’on l’empêcherait de le faire.

    Pourtant, la présidente a exclu un nouveau défaut de paiement. Selon les experts, cela veut dire que l’Argentine va négocier avec les fonds spéculatifs. Et que le juge pourrait leur faire accepter de ne pas être payés cash mais par des titres à longue échéance.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.