GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Juan Manuel Santos sera-t-il le dernier président colombien réélu?

    media Le président colombien Juan Manuel Santos, le 5 août 2014. REUTERS/ John Vizcaino

    Réélu en juin dernier, le président colombien Juan Manuel Santos a présenté mercredi 3 septembre un projet de loi visant à interdire la réélection du président de la République sortant. La possibilité de se représenter à la tête de l'Etat avait été adoptée par son prédécesseur Alvaro Uribe. Elle lui avait permis, ainsi qu'à M. Santos, de briguer un second mandat. Pour l'actuel numéro colombien, il s'agit désormais de revenir à un meilleur équilibre des pouvoirs, qui prévalait par le passé.

    Pour revenir à un plus grand équilibre des pouvoirs, le premier verrou à supprimer selon M. Santos, c'est la possibilité de réélire le président de la République et de tous les hauts fonctionnaires du pays. « La récente campagne électorale m'a confirmé, sur le plan personnel et politique, que la réélection n'est pas opportune », a-t-il déclaré.

    Son prédécesseur Alvaro Uribe avait réussi à amender la Constitution en 2005 pour introduire un second mandat présidentiel consécutif, qu'il avait lui-même finalement exercé, jusqu'en 2010, date de l'arrivée au pouvoir de Santos.

    La réforme préconise aussi de nouvelles procédures de nomination au sein des organismes de contrôle de l'Etat, notamment celle du procureur général, et la création d'un tribunal chargé de juger les magistrats, procureurs et inspecteurs généraux. Des procédures qui font déjà grincer des dents, car la présidence de la République pourrait exercer un rôle prépondérant, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent.

    Quant à la durée du mandat présidentiel, Juan Manuel Santos n'a pas réussi à obtenir un consensus pour la prolonger à cinq ans : elle restera donc de quatre ans. Les premiers débats au Congrès devraient se tenir avant le 16 décembre. Le président a insisté sur l'importance de son projet de réforme : « Nous avons de grands défis devant nous, pour un pays en paix. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.