GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La Banque du Japon opte sans surprise pour le statu quo monétaire
    • Le président chinois Xi Jinping est arrivé en Corée du Nord (TV chinoise)
    • Le président chinois Xi Jinping est parti pour la Corée du Nord (TV chinoise)
    • Crash du vol MH17: la Russie doit s'assurer que «justice» sera rendue (Pompeo)
    • Disparition de Philippe «Zdar», du duo électro français Cassius (agent)
    Amériques

    Les gaffes en série du vice-président des États-Unis

    media Connu pour ses gaffes, le vice-président Joe Biden reste un personnage populaire aux Etats-Unis. REUTERS/Lintao Zhang/Pool

    Le vice-président des États-Unis Joe Biden est réputé pour commettre des gaffes dans ses discours, mais cette semaine, il s’est surpassé, réussissant à indisposer involontairement trois électorats pourtant courtisés par les démocrates : les Asiatiques, les juifs et les femmes.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Mardi, Joe Biden qualifie le Premier ministre de Singapour de « Grand sage de l’Orient ». Cette allusion à l’Orient est considérée comme péjorative par les Asiatiques, dont le nombre ne cesse de croître aux États-Unis.

    Mercredi, le vice-président compare les banquiers qui font des prêts parfois douteux à Shylock, ce juif usurier de la comédie de Shakespeare Le marchand de Venise. La ligue juive anti-diffamation a protesté.

    Vendredi, Biden salue comme un modèle de républicain modéré l’ex-sénateur Bob Packwood qui avait dû démissionner après avoir été accusé de harcèlement sexuel par 19 de ses collaboratrices. La remarque était mal venue à un moment ou le numéro deux américain prononçait un discours dénonçant vigoureusement la violence contre les femmes.

    Mais personne ne s’offusque plus des gaffes de Biden qui n’est ni raciste, ni antisémite, ni antiféministe, mais simplement maladroit. Ses gaffes lui nuiront-elles s’il tente sa chance en 2016 ? Probablement pas, car il reste populaire, et de toute façon, il ne se présentera que si Hillary Clinton n’est pas candidate.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.