GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accident de Fukushima: trois anciens dirigeants de Tepco acquittés par le tribunal
    • Polynésie: saisie de 5,5 kilos de méthamphétamine à l'aéroport de Tahiti (parquet de Papeete)
    • Afghanistan: dix morts lors d'un attentat à la voiture piégée dans le Sud (gouverneur)
    Amériques

    ONU: promesses de soutien pour l'opposition syrienne

    media Représentant auprès de l'ONU de l'opposition politique syrienne en exil, Bachar al-Jaafari, à Genève en février 2014. REUTERS/Denis Balibouse

    L’opposition syrienne cherche à engranger des avantages des frappes contre l’organisation de l'Etat islamique en Syrie. A New York, ses dirigeants ont déjà obtenu l'assurance d'un soutien renforcé dans leur combat.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    L’opposition syrienne repartira de New York avec de nouvelles promesses de soutien et quelques gros chèques. Les Etats-Unis s’engagent à verser 50 millions de dollars de plus pour des véhicules et des équipements. Ce n'est pas tout : cette fois, le Congrès a aussi autorisé la livraison d'armes et la mise en oeuvre de formations militaires. Reza Ashar, conseiller de la coalition syrienne pour l’organisation Independent Diplomat voit dans le tournant que constitue notamment les frappes aériennes, une chance pour l’opposition de s’affirmer sur le terrain.

    « Ces frappes vont affaiblir l’Etat islamique, leur faire perdre des territoires que l’opposition modérée va pouvoir reprendre. Si l'EI est affaiblie, cela va permettre aux forces qui sont occupées à le combattre de se libérer pour se battre contre régime Assad... »

    Car le véritable objectif de l’oppostion reste de renverser le régime de Bachar al-Assad. Et sur ce point, rien n’indique que les frappes de la coalition s’étendront aux forces d’Assad.

    L'ambiguité d'Ankara

    Cependant, l'un des principaux blocages pour l'éradication des groupes terroristes restent le « laisser faire» de la Turquie vis-à-vis des groupuscules, affirme le délégué permanent de la Syrie auprès des Nations unies, Bachar al-Jaafari : « Nous avons toujours dit que nous étions prêts à assumer notre rôle dans une coalition régionale ou internationale. Nous voudrions mettre un terme à ces terroristes en Syrie et en Irak, mais on ne peut pas faire cela tant que le gouvernement turc laisse faire les groupuscules terroristes, reçoit des milliers de terroristes venant de l’Amérique, du Canada, de l’Australie, de la France, de l’Angleterre, de la Belgique. Tant que le gouvernement d’Erdogan laisse faire, laisse ces terroristes passer à travers nos frontières avec la Turquie, on ne peut pas combattre le terrorisme d’une façon crédible. »


    Vu de Turquie: une éventuelle participation militaire divise

    Avec notre envoyé spécial à Yumurtalik, Jérôme Bastion

    Dans le camp de Yumurtalik, non loin de la frontière syrienne, tout le monde a entendu parler des frappes de la coalition contre les positions de l’Etat islamique, qui sont vues comme une bonne chose pour ces réfugiés kurdes. Quant à l’éventualité que la Turquie y participe, les avis sont très partagés.

    Mamoueya, 64 ans, se veut optimiste : « D’après ce que l’on peut comprendre, la Turquie va rentrer dans la danse, oui. Et ce serait une bonne chose, car Daech est équipé d’armes lourdes, et si la coalition nous fournit des armes ou continue ses bombardements, ça changera le rapport des forces et ça nous aidera à nous en débarrasser. »

    Mahmoud, 19 ans, est d’une opinion radicalement opposée : « Impossible, car c’est bien Erdogan et le gouvernement turc qui poussent les islamistes à aller faire la guerre aux Kurdes de Syrie. Quand les Américains ont bombardé Raqqa, ça a tellement déplu aux Turcs qu’ils ont appelé à redoubler les attaques contre le Kurdistan. »

    Quand à Adla, 52 ans : « Je ne sais pas si la Turquie joindra la coalition ou pas, et si ça servira à quoi que ce soit, mais je me demande d’où vient cette haine contre les Kurdes, cette méchanceté contre les Kurdes. »

    Quoi qu'il en soit, ces frappes font  craindre, à court terme, qu’elles ne fassent redoubler l’ardeur des troupes islamistes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.