GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: la Tuta terrorise politiques et journalistes

    media La Tuta, Servando Gomez, chef de cartel, compromet de nombreuses personnalités mexicaines par le biais de vidéos diffusées sur You Tube et les réseaux sociaux, dans lesquelles on les voit en sa compagnie, et même accepter son argent. AFP PHOTO/SSP

    Servando Gomez, surnommé la Tuta, est le chef du cartel mexicain des Chevaliers du Temple. Il est en cavale depuis neuf mois et terrorise le monde politique et journalistique mexicain.

    De notre correspondant à Mexico

    Servando Gomez est l’homme le plus recherché du Mexique. L’armée tente de démanteler son cartel qui s’apparente à une mafia qui trafique cocaïne, drogues synthétiques, cannabis, et qui a élargi ses activités au racket, à la prostitution, aux enlèvements et aux assassinats. C’est un cartel que l’on compare souvent à la Camorra italienne. La mafia est présente dans tout l’Etat du Michoacán.

    Pour se protéger, la Tuta est devenu un brillant producteur et distributeur de vidéos qu’il distille sur YouTube. On le voit en compagnie de diverses personnalités du monde politique et médiatique, comme le fils de l’ancien gouverneur du Michoacán, plusieurs élus locaux de premier plan et quelques chefs d’entreprises. Leur simple apparition dans ces vidéos les rend immédiatement suspects de corruption ou de complicité.

    Et les derniers en date sont deux journalistes dont l'un du Groupe Televisa, la principale chaîne hispanophone du monde. La vidéo le montre en train d’accepter l’argent de la Tuta.

    A part deux ou trois radios et revues d’opposition comme Proceso et quelques éditorialistes comme Carmen Aristegui, tous les autres médias et journalistes se taisent. Au Mexique, la majorité des médias sont aux ordres du pouvoir qui leur assure en contrepartie publicité et prébendes. Et il y a donc collusion surtout avec Televisa qui est le faire-valoir du président Enrique Peña Nieto.

    Tout est corrompu

    Les vidéos de la Tuta sont connues grâce à internet et les réseaux sociaux. Elles démontrent que tout est corrompu. Dans le Michoacán, comme dans certains autres Etats, le gouvernement a laissé s’installer un pouvoir parallèle. Les Chevaliers du Temple, malgré l’action de l’armée, sont toujours là, et sont prêts à faire des révélations. La gendarmerie nouvellement créée, les polices communautaires, les gardes rurales ou les services secrets auront donc beaucoup de mal à arrêter ce baron de la drogue sans faire des dégâts collatéraux considérables.

    La Tuta n’est pas un personnage sympathique. C’est un cynique qui distribue l’argent généreusement quand il le faut mais qui sait aussi envoyer ses tueurs quand on s’approche trop près de lui. Sa défense actuelle est la suivante : nous avons créé ensemble un régime de terreur, si vous voulez en finir avec moi, je vous obligerai à assumer votre propre responsabilité en mettant en évidence votre collaboration et votre corruption. Tous les politiciens, journalistes, décideurs, souvent proches ou appartenant au gouvernement sont donc très inquiets. Si la pression autour de la Tuta est trop forte, de nouvelles vidéos compromettantes risquent de surgir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.