GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Eliminatoires CAN 2021 : A domicile, la Côte d’Ivoire bat le Niger (1-0)
    Amériques

    L'Equateur s'excuse auprès des indigènes de Sarayaku, une première

    media Quito avait autorisé des travaux d’exploration pétrolière sans avoir consulté la population indigène. Wikimedia Commons

    C’est une première en Amérique latine. Condamné il y a deux ans par la Cour interaméricaine des droits de l’homme, l’Etat équatorien va s’excuser officiellement ce mercredi auprès des 1 200 indigènes kichwa du petit village amazonien de Sarayaku. Dans les années 1990, Quito avait autorisé des travaux d’exploration pétrolière sans avoir consulté la population.

    Avec notre correspondant à Quito, Eric Samson

    Quatre ministres et le procureur général de l’Etat vont faire le déplacement. Ils seront reçus à 9H00 du matin (heure locale) par des milliers d’indigènes qui ont fait de Sarayaku un symbole : celui de la lutte contre l’exploitation pétrolière et pour la défense des territoires ancestraux.

    Tout a commencé en 1992 lorsque les Sarayakus ont obtenu du gouvernement de l’époque le titre de propriété d’un territoire de plus d’un million d’hectares. Problème : quatre ans plus tard, Quito autorise des travaux d’exploration sur une partie de ces terres, sans demander l’avis et l’opinion de la communauté.

    Les relations entre les indigènes et la Compagnie Générale de Combustibles, la CGC, vont rapidement se dégrader. Entre une grève générale, l’enlèvement de 4 jeunes de la communauté par des militaires et des ouvriers de la CGC, le blocus d’un fleuve permettant l’accès à la communauté, la Cour interaméricaine des droits de l’homme condamne l’Equateur à plusieurs reprises. La dernière fois il y a deux ans.

    Pour autant, les excuses publiques de l’Etat ne mettent pas fin à la lutte des Sarayakus. Outre une compensation financière, les indigènes doivent encore obtenir le retrait des explosifs abandonnés sur leur territoire par la compagnie pétrolière il y a plus de vingt ans.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.