GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Intrusion à la Maison Blanche: la chef du Secret Service s’excuse

    media La directrice du Secret Service, Julia Pierson, devant le Congrès, mardi 30 septembre 2014. REUTERS/Kevin Lamarque

    Le Secret Service qui est chargé de la protection du président des États-Unis est sur la sellette depuis qu’un ancien militaire s’est introduit dans la Maison Blanche le 19 septembre. Sa directrice, Julia Pierson, a répondu ce mardi 30 septembre aux membres du Congrès, qui ne l’ont pas épargnée.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    La dernière intrusion dans la Maison Blanche est devenue une affaire d’État. Elle a ainsi permis que soient révélées d’anciennes défaillances, tout aussi graves. On a par exemple appris qu’en 2011, lorsqu’on a tiré à huit reprises sur le bâtiment, le Secret Service a mis quatre jours à trouver les traces de balles au premier étage. La plus jeune fille du président et sa grand-mère étaient dans les appartements.

    Et voilà deux semaines, le Secret Service n’a maîtrisé l’intrus, Omar Gonzalez, qu’après l’avoir poursuivi dans l’un des salons. Et encore, le garde qui l’a immobilisé n’était plus en service. « Il est clair que nos consignes de sécurité n’ont pas été appliquées. Ceci est inacceptable, et j’en assume l’entière responsabilité. Et je vais m’assurer que cela ne se reproduira pas », a reconnu Julia Pierson, la directrice du Service.

    Ces excuses n’ont pas pour autant calmé le représentant républicain Jason Chaffetz. Loin de là. « Ne laissez personne s’approcher du président ! Jamais ! Et si les agents doivent tuer, je les soutiendrai ! Dans cette période, avec l’[organisation] État islamique et les terroristes, nous ne savons pas ce que ces gens cachent sous leurs vêtements ! S’ils veulent s’approcher, ils doivent savoir qu’ils risquent d’être tués ! », a ainsi lancé l’élu de l’Utah.

    C’est la sécurité du président des États-Unis qui est en question. La façade nord de la Maison Blanche, protégée par une simple grille, ne sera peut-être plus longtemps visible de la rue par les nombreux touristes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.