GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Ebola: indignée, la famille du Libérien décédé pense porter plainte

    media Nowai Korkoyah, la mère de Thomas Eric Duncan, à Dallas, le 7 octobre. La famille du patient décédé envisage de porter plainte contre l'hôpital. REUTERS/Jim Young

    La famille du Libérien mort d’Ebola est indignée par la façon dont l’hôpital de Dallas, aux Etats-Unis, l’a traité. Thomas Eric Duncan, décédé mercredi 8 octobre des suites du virus d’Ebola, aurait-il pu être sauvé s’il avait été soigné dès sa première visite dans l’un des hôpitaux de Dallas? Sa famille le pense, et ne cache pas son indignation par rapport à la manière dont il a été traité. Ils n’excluent pas un procès contre le personnel médical.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Selon les rapports médicaux remis par la famille de Duncan à la presse, le patient avait plus de 40 degrés de température lorsqu’il s’est présenté la première fois aux urgences de l’hôpital. Bien qu’il se soit plaint notamment de douleurs abdominales, de maux de tête et de vertiges, le médecin l’a renvoyé chez lui avec des antibiotiques et de l’aspirine.

    Deux jours plus tard, il était hospitalisé avec les symptômes d’Ebola. Saymendi Lloyd, la porte-parole de Louise Troh, la fiancée de Duncan qui était venue aux Etats-Unis pour l’épouser, n’a pas caché son indignation : « C’est une histoire d’amour qui finit mal. Pas d'explication du tout ; pourquoi quelqu’un avec plus de 40° de température a-t-il été renvoyé chez lui ? Si vous alliez à l’hôpital maintenant avec plus de 40 degrés de fièvre, personne ne vous renverrait chez vous. »

    Dans la communauté libérienne de Dallas, nombreux sont ceux qui se demandent si le facteur racial n’a pas joué. Sa fiancée, quant à elle, pense que s’il avait été Américain, il aurait été traité différemment. Les responsables de l’hôpital rejettent pour leur part toute faute professionnelle, mais la famille de Duncan, selon leur porte-parole, pourrait un peu plus tard leur intenter un procès.


    Nouvelles mesures de protection contre Ebola à l’aéroport JFK à New York

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau-de-Gantès

    A New York, l’aéroport JFK - où transite près de la moitié des passagers en provenance des régions infectées par la fièvre hémorragique - a mis en place de nouvelles mesures de dépistage. Désormais, des prises de température et un questionnaire de santé poussé seront obligatoires pour les passagers en provenance de Sierra Leone, de Guinée et du Liberia, les pays les plus touchés. Ils devront se soumettre à de nombreux contrôles.

    Ces nouvelles mesures concernent environ 70 personnes par jour, dans un aéroport où transitent près de 50 millions de passagers chaque année. Autant dire qu'il s'agit d'une goutte d’eau. Cependant, elle est suffisante pour rassurer les Américains, d’après le docteur Martin Cetron, qui travaille au centre de contrôle des maladies gérant ce dépistage avec les autorités aéroportuaires.

    Placés dans une pièce dédiée au dépistage au sein de l’aéroport, les passagers présentant de la fièvre ou ayant été exposés au virus Ebola seront immédiatement envoyés et placés à l’isolement à l’hôpital Bellevue à Manhattan pour subir de nouveaux tests. Les aéroports de Chicago, Washington, Newark et Atlanta devraient à leur tour organiser des dépistages dans les prochaines semaines.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.