GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Présidentielle au Brésil: polémiques à quelques jours de l'élection

    media Face à face entre les deux candidats à la présidentielle brésilienne Dilma Rousseff et Aecio Neves pendant un débat télévisé le 14 octobre 2014. AFP PHOTO / NELSON ALMEIDA

    Au Brésil, la campagne électorale s’accélère. L’élection présidentielle aura lieu dimanche prochain. A moins de six jours du scrutin, les deux candidats Aecio Neves, le social-démocrate, et Dilma Rousseff, la présidente sortante, sont au coude à coude dans les sondages. Les derniers jours ont été marqués par les polémiques en chaines, des accusations réciproques de corruption, et d’attaques personnelles, au point que la justice a été contrainte de s’en mêler.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

    Punis pour attaques personnelles. Les deux candidats à la présidentielle se voient finalement retirer du temps de publicité électorale. Le tribunal électoral a sanctionné le social-démocrate Aecio Neves, avec 2 minutes 30. Dilma Rousseff, elle, perd 36 secondes. Le tout à décompter du quota quotidien auquel les deux partis ont droit pour diffuser gratuitement, à la télévision, leur publicité électorale.

    En cause, les nombreuses attaques et les critiques personnelles diffusées dans ces spots de campagne. Et le tribunal de citer ces abus.

    « Dilma, pourquoi n’as-tu rien fait contre la corruption au sein de Petrobas », annonce le message d’une publicité en faveur d’Aecio Neves. Mais les clips de Dilma Rousseff sont eux aussi visés par la justice. L’un d’eux appelle directement les téléspectateurs à ne pas voter pour Aecio Neves.

    La campagne électorale a également été marquée par des accusations de corruption. Alors que l’enquête sur les détournements de fonds au sein du géant pétrolier brésilien Petrobras avance, les policiers parlent désormais de trois milliards d’euros détournés. Plusieurs partis politiques auraient bénéficié de cet argent sale. A la veille de l’élection, le scandale grandit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.