GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Canada: hommage au chef de la sécurité du Parlement et au soldat tué

    media Le Premier ministre canadien Stephen Harper (de dos) serre la main de l'un des leaders de l'opposition, Justin Trudeau, sous les applaudissements de la Chambre des communes pour son retour au travail, jeudi 23 octobre 2014. REUTERS/Chris Wattie

    Les députés canadiens ont rendu hommage, jeudi 23 octobre, au chef de la sécurité du Parlement, qui a abattu mercredi le tireur fou d'Ottawa. Ils ont ensuite récité une prière avant de chanter l'hymne national et de respecter une minute de silence. Le Premier ministre est allé déposer une fleur devant le monument commémoratif de guerre, où est mort un soldat de garde. L'auteur de l'attaque a été identifié : il s'agit d'un homme de 32 ans, Michael Zehaf-Bibeau, récemment converti à l'islam.

    Avec notre correspondante au Canada, Pascale Guéricolas

    Le climat restait ce jeudi assez tendu à Ottawa. Les fonctionnaires, très nombreux dans la capitale canadienne, sont néanmoins de retour au travail. Avant de reprendre leurs activités, plusieurs parlementaires ont souhaité aller rendre hommage au militaire tombé sous les balles du tueur mercredi. Alors que le Premier ministre canadien approchait du monument aux morts où le caporal a été tué, un homme a franchi un premier cordon de sécurité. Aussitôt, les policiers l’ont plaqué au sol, menotté, emmené et des agents en armes lourdes ont pris position.

    Voilà qui donne une idée de l’atmosphère sur place, alors qu’un périmètre de sécurité entoure toujours le Parlement. Malgré tout, les députés tiennent à montrer qu’ils ne cèdent pas à la panique. À l’unanimité, ils ont rendu hommage au responsable de la sécurité du Parlement qui a fait feu sur le tireur. Puis les représentants des différents partis ont affirmé leur volonté d’œuvrer au sein du Parlement, le cœur de la vie démocratique. Pour une fois, les querelles politiques semblaient oubliées ; les députés de différentes formations politiques se sont même donné l’accolade.

     → A (RE)LIRE : A la Une aux Amériques, le Canada traumatisé

    Un groupe d'imams est aussi venu déposer des fleurs au monument commémoratif. Un geste symbolique.

    On a été choqués et horrifiés.

    Imam Ahmed

    Membre du Centre islamique de l'Outaouais

    24/10/2014 - par Marie-Laure Josselin Écouter

    J+1 au monument aux morts

    Avec notre envoyée spéciale à Ottawa, Marie-Laure Josselin

    La petite place tranquille sur laquelle Sophie aime se promener le midi a bien changé en 24 heures. Sophie travaille dans un building en face du monument commémoratif de guerre où un soldat a été abattu, mercredi. Désormais, seule la police y reste, car c’est une scène de crime. « Je pense que tout le monde ici veut montrer au monde que nous ne sommes pas intimidés », explique Cyril.

    C’est le cas de Peter Manseur. Son frère est aussi militaire. Il a été choqué par les événements, mais pas surpris : « Je ne suis pas surpris, mais les choses n’arrivent pas pour rien… C’est un signal qui alerte la population », affirme Peter.

    Sur le manteau d’Alyson Grace, rose rouge en main, un coquelicot rouge aussi. En mémoire de ceux qui sont morts à la guerre. Aujourd’hui, elle a décidé de le porter « pour montrer mon respect à tous nos vétérans et nos soldats aujourd’hui », dit-elle.

    Sophie a repris le travail après avoir été confinée une bonne partie de la journée, mercredi. Et les événements de la veille ne lui ôteront pas l’envie de revenir les midis ici. « Je vais continuer à venir marcher. Ce genre d'événements peuvent arriver n'importe où dans le monde maintenant, malheureusement, mais la vie doit continuer ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.