GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
Aujourd'hui
Vendredi 2 Septembre
Samedi 3 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Michael Zehaf-Bibeau, l'homme qui a attaqué le Canada

    media Michael Zehaf-Bibeau filmé par une caméra de surveillance avant de rentrer dans le Parlement à Ottawa, le 22 octobre 2014. REUTERS/CBC

    Au Canada, quarante-huit heures après la double fusillade d’Ottawa qui a choqué tout le pays, l’enquête se poursuit. On en sait un peu plus ce vendredi 24 octobre sur le profil de Michael Zehaf-Bibeau, l’homme qui a tué un soldat avant de faire irruption dans le Parlement. En rupture avec sa famille, il aurait agi seul. Il ne s’était converti que récemment aux thèses jihadistes.

    Avec notre correspondante au Québec, Pascale Guéricolas

    La police canadienne trace le portrait d’un tireur solitaire, qu’un lien très mince semble relier à un suspect qui a fait l’objet d’accusations terroristes au Canada. Michael Zehaf-Bibeau traînait derrière lui un passé de petite délinquance, que ce soit des condamnations pour de la possession de drogues, des vols ou des menaces.

    Selon les policiers, il séjournait à Ottawa depuis trois semaines dans l’espoir de recevoir bientôt son passeport. Contrairement à ce qui a été dit dans les heures suivant la fusillade, personne ne lui avait retiré ce document de voyages. Mais il était sous enquête pour l’obtenir, peut-être en raison de son passé criminel. Il avait expliqué aux autorités vouloir aller en Libye, le pays de son père, pour étudier l’arabe, mais il aurait confié à sa mère il y a quelques jours vouloir plutôt se rendre en Syrie.

    Toute cette affaire incite le Premier ministre Stephen Harper à vouloir changer la législation canadienne pour que les services de renseignements puissent disposer de pouvoirs accrus afin de prévenir d’autres attentats.

    Un projet de loi en ce sens devait être discuté par les parlementaires cette semaine, avant même que les événements des derniers jours ne surviennent.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.