GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: le témoignage dérangeant de l’homme qui a tué ben Laden

    media L'ancien chef d'al-Qaïda, Oussama ben Laden, a été tué à Abbottabad, au Pakistan, le 2 mai 2011. DR

    L’homme qui a tué Oussama ben Laden est sorti de son anonymat. Rob O’Neil a raconté à la chaîne américaine Fox News le raid de son unité des Navy Seals sur une résidence d'Abottabad où se trouvait le chef d’al-Qaïda et s’est attiré les critiques de ses compagnons d’armes.

    Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour

    Son nom et son visage ont fuité depuis quelques jours, mais c’est la première fois que l’on entend sa voix. Rob O’Neil brise le code du silence des Navy Seals, la Marine américaine. Il raconte cette mission contre l’homme le plus recherché de la planète et l’état d’esprit de son unité dans l’hélicoptère qui les emmène vers Abottabad, ville située au nord du Pakistan.

    « On pensait que cette mission serait un aller simple, explique ainsi Rob O’Neil. Qu’on ne reviendrait pas. Qu’on serait tué par l’explosion de la maison ou qu’on serait capturés par les Pakistanais et on qu’on finirait notre vie dans une prison au Pakistan. »

    Au troisième étage du bâtiment investi par les forces spéciales, Rob O’Neil tire trois balles sur Oussama ben Laden. « Ma première pensé a été : on l’a eu ! On l’a eu. La guerre est finie », dit-il.

    Robert O'Neill, ancien membre des forces spéciales de la Marine, se présente comme l'homme qui a tué Oussama Ben Laden en 2011. REUTERS/Walter Hinick/The Montana Standard

    Robert O’Neil, 38 ans, est sorti de son silence il y a près d’une semaine, jeudi 6 novembre, en accordant une interview au Washington Post, et en révélant alors publiquement qu’il était l’homme qui avait abattu le chef d’al-Qaïda. Il avait notamment déjà raconté dans le détail l’assaut sur la maison d’Abottabad, et comment - alors qu’il se trouvait en deuxième position à la tête du commando qui a investi la chambre de ben Laden - il avait pu identifier ce dernier derrière une femme et avait fait feu.

    Mais en révélant son identité, Rob O’Neil a brisé le « code » des Navy Seals. Le patron de ce corps d’élite de la Marine américaine, - acronyme de Sea, Air, Land (« mer, air, terre ») qui signifie également « phoque » - avait lancé, peu avant ces révélations, un avertissement sans ambiguïté à ceux qui violent leur tradition du secret. « Une disposition essentielle de notre Code de conduite est "Je ne rends pas publique la nature de mon activité, et je ne cherche pas à obtenir de la reconnaissance pour mes actions." »

     → A (RE)LIRE : Qui a tué ben Laden (Revue de presse)

    Rob O’Neil est ainsi très sévèrement critiqués par les militaires américains pour avoir cherché la notoriété pour ses faits d’armes. Tout comme l'avait été « Marc Owen », pseudonyme de Matt Bissonnette, un autre commando qui avait raconté en 2012 l'assaut d'Abbottabad vu de l'intérieur.

    L’homme qui a tué ben Laden est en tout cas déjà promis à une lucrative carrière de conférencier. Mais il a aussi mis sa vie en danger : dès ses premières révélations, des jihadistes ont lancé des appels au meurtre sur les réseaux sociaux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.