GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: le Congrès vote la fourniture d'armes létales à l'Ukraine

    media Des camions militaires près d'un check-point à Donetsk, dans l'est de l'Ukraine. REUTERS/Maxim Zmeyev

    Le Congrès américain a voté vendredi une augmentation de l’aide militaire à l’Ukraine, avec la fourniture d'armes létales, ainsi qu'un renforcement des sanctions contre la Russie. Alors que le président Barack Obama n'est pas favorable à la livraison d'armes offensives, et souhaite coordonner les sanctions avec ses partenaires européens.

    Trois cent cinquante millions de dollars sur trois ans : c’est le budget dégagé par le Congrès pour renforcer le soutien militaire américain à l’Ukraine. Jusqu’à présent Washington a fourni à Kiev du matériel d’assistance : radars antimortiers ou gilets pare-balles. Les parlementaires autorisent désormais la livraison de munitions ou encore de drones. Alors que la dernière trêve annoncée mardi n'a pas empêché les combats de se poursuivre dans l'est de l'Ukraine, Kiev a salué un vote historique. Le pays, au bord de la faillite, réclame depuis des mois un renfort en armement à ses alliés occidentaux.

    La loi adoptée à l'unanimité des parlementaires prévoit par ailleurs de nouvelles sanctions économiques contre la Russie. Reste à savoir si le président américain décidera de promulguer le texte. Barack Obama n’est pas favorable à la livraison d’armes létales à l’Ukraine. Et il a qualifié d’erreur de calcul l’idée selon laquelle le renforcement, encore et encore, des sanctions, finirait par faire céder Vladimir Poutine. Moscou de son côté a immédiatement réagi en accusant le Congrès de vouloir détruire le peu de coopération qui subsiste entre les deux pays.

    Une question délicate, qui sera probablement au cœur des discussions entre le secrétaire d’Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Lavrov, qui doivent se rencontrer ce lundi 15 décembre à Rome.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.