GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    COP20 au Pérou: le climat ne s'est pas encore apaisé à Lima

    media Des déléguées des Iles Cooks, le vendredi 12 décembre, à Lima. Les petites îles sont les premières à s'opposer aux pays industriels, sur la participation aux contributions à la lutte contre le changement climatique. REUTERS/Enrique Castro-Mendivil

    Manuel Pulgar Vidal, ministre péruvien de l’Environnement et président de cette COP, avait pourtant prévenu qu’il tenait à ce que la réunion se termine dans les délais impartis, mais ça n’a pas suffit. Le texte qui aurait dû être adopté vendredi soir, ne l’est toujours pas ce samedi 13 décembre.

    Avec notre envoyée spéciale à Lima, Agnès Rougier.

    Vendredi, les négociations ont duré jusque tard dans la nuit, et samedi, les ministres et délégués des 195 pays se sont donc retrouvés en conférence plénière pour donner leur avis sur l’adoption d’un nouveau texte. Et là, des divergences sont apparues clairement.

    Une majorité des Pays les moins avancés (PMA), dont le groupe africain, les petites îles, et plusieurs pays d’Amérique latine, ainsi que des pays émergents dont la Malaisie et la Chine, ont exprimé leur désaccord, notamment sur la participation aux contributions à la lutte contre le changement climatique, qu’ils devront annoncer en 2015.

    Absence de prise en compte des pertes et préjudices

    Là où les Etats-Unis et l’ensemble des pays industriels veulent un traitement indifférencié, ces pays souhaitent être dédommagés pour leurs faibles émissions de gaz à effet de serre et leur responsabilité limitée dans le réchauffement. Un autre point de blocage est l’absence de prise en compte des pertes et préjudices, c'est-à-dire des dégâts causés par le changement climatique, comme les sécheresses ou les inondations, qui ravagent les pays en développement.

    Le délégué du Salvador a lancé un vibrant appel pour que la moitié de la planète où les gens meurent à cause du changement climatique ne soit pas déçue. Après 2 heures d’interventions, tout le monde est donc reparti négocier un nouveau texte, peut-être plus consensuel. Car le système de la conférence sur le climat veut qu’un accord soit validé uniquement par consensus.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.