GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Rapport sur la CIA : aux Etats-Unis, les républicains contre-attaquent

    media Le sénateur américain John McCain, après la présentation au Sénat du rapport sur la torture pratiquée par la CIA. REUTERS/Yuri Gripas

    Le rapport du Sénat sur la torture pratiquée par la CIA contre des membres présumés d’al-Qaïda dans les années 2000, a été l’un des principaux thèmes de discussions des émissions politiques du dimanche matin. Si les démocrates ont approuvé la publication d’un résumé du rapport, les républicains, à l’exception d’un seul, l’ont critiquée.

    L’ancien vice-président Dick Cheney a vigoureusement défendu sur NBC les agents de la CIA qui ont utilisé des méthodes musclées pour interroger des membres présumés d’al-Qaïda. Pour lui, ce sont les terroristes qui ont eu recours à la torture en tuant 3000 Américains en 2001.

    « Notre objectif était de trouver les types qui nous avaient attaqués le 11 septembre et d’éviter un nouvel attentat, a ainsi affirmé l’ancien vice-président. Et ça a marché depuis 13 ans. Nous avons capturé Ben Laden, nous avons capturé un grand nombre de membres d’al-Qaïda responsables des attentats du 11 septembre. Je le referais sans hésiter ».

    « Nous ne sommes pas une nation parfaite »

    Un seul républicain ne s’est pas opposé au rapport : John McCain. En tant qu’ancien prisonnier du Vietcong, la torture il connait. Il a estimé sur CBS que les Etats-Unis avaient violé la Convention de Genève sur le traitement des prisonniers. « On fait parfois des erreurs, on analyse, on promet de tout faire pour ne plus recommencer, a-t-il déclaré. C’est ce que nous avons fait après Abou Ghraib. Nous ne sommes pas une nation parfaite, mais nous sommes une nation qui avoue ses erreurs. Et nous avançons. Et nous n’allons pas être inhumains. »

    Les démocrates ont pour une fois partagé le point de vue de leur collègue républicain et aucun n’a hésité à employer le mot « torture », là où Dick Cheney et la CIA préfèrent parler de « techniques d’interrogatoires poussées ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.