GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Lors d'une conférence de presse à Paris, le directeur des opérations de SOS Méditerranée Férédéric Penard a précisé que 58 migrants sont à bord. Il a demandé à la France leur débarquement «à titre exceptionnel».

    Dernières infos
    Amériques

    Obama fera «tout ce qu’il peut» pour fermer Guantanamo

    media Il reste 132 détenus à Guantanamo, dont une majorité est «libérable» si des pays acceptent d'en accueillir certains. REUTERS/Bob Strong

    La prison de Guantanamo se vide progressivement, et en l’espace de trois semaines, 10 détenus ont été transférés en Uruguay et en Afghanistan. Barack Obama veut fermer le centre de détention, mais il lui sera difficile d’obtenir l’autorisation du Congrès pour pouvoir le faire.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Barack Obama ne cesse de le répéter : il veut fermer la prison de Guantanamo avant la fin de son mandat. Lors d’une interview à CNN, ce dimanche, il a réitéré son désir d’honorer l’engagement qu’il avait pris à son arrivée à la Maison Blanche en 2009 :

    « Je vais faire tout ce que je peux pour fermer la prison. C’est quelque chose qui continue d’inspirer les jihadistes et les extrémistes du monde entier. C’est contraire à nos valeurs et c’est extrêmement coûteux. Nous dépensons là-bas des millions pour chaque individu. »

    Mais en dépit de son désir de fermer le centre de détention, il n’est pas certain qu’il y parvienne. Il reste 132 détenus, dont une majorité sont « libérables » si des pays acceptent de les accueillir. Une quinzaine toutefois, parmi lesquels cinq responsables des attentats du 11-Septembre, sont trop dangereux pour être relâchés.

    Un Congrès sous contrôle républicain refusera très probablement d’abolir la loi qui interdit leur transfèrement aux Etats-Unis. De plus, peu d’Etats sont enclins à avoir des terroristes présumés sur leur territoire, même dans des prisons de haute-sécurité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.