GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Aujourd'hui
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Haïti: l'opposant et ex-journaliste Evans Paul nommé Premier ministre

    media Michel Martelly, président haïtien, a officialisé la nomination d'Evans Paul par un arrêté publié dans la soirée de Noël. REUTERS/Hannibal Hanschke/Files

    Près de trois semaines après la démission du Premier ministre Laurent Lamothe, le président haïtien a nommé un nouveau chef de gouvernement. Michel Martelly a choisi Evans Paul comme successeur à son ami de longue date Laurent Lamothe. En nommant une figure de l’opposition, le président d’Haïti espère apaiser la colère des manifestants qui protestent depuis plusieurs semaines à Port-au-Prince et en province.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Le choix d’Evans Paul comme nouveau Premier ministre était envisagé par beaucoup depuis quelques jours. Michel Martelly a donc officialisé cette nomination par un arrêté publié dans la soirée de Noël.

    A 59 ans, Evans Paul est une figure célèbre de la scène politique haïtienne. Elu maire de Port-au-Prince en 1990, cet ancien journaliste n’a que très brièvement pu exercer sa fonction en raison du coup d’Etat de 1991. Candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2006, ces dernières années, Evans Paul n’a jamais hésité à critiquer Michel Martelly.

    Mais, au début du mois, il a accepté de prendre part à la commission présidentielle chargée de faire des recommandations pour sortir de la crise politique. Cette candidature au poste de Premier ministre est un geste d’ouverture mais Evans Paul doit encore obtenir le vote du Parlement pour commencer à travailler comme chef du gouvernement.

    Par ailleurs, les opposants les plus radicaux ne sont pas décidés à mettre un terme à leurs protestations. Ils ont déjà prévu de manifester dimanche, mardi et aussi le 1e janvier à Port-au-Prince avec toujours le même mot d’ordre : la démission immédiate du président Michel Martelly.

    L'opposition haïtienne a une nouvelle fois manifesté samedi 13 décembre pour réclamer le départ du gouvernement et du président Martelly. AFP/Hector Retamal

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.