GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Haïti: nouvelle manifestation de l'opposition

    media Manifestation de l'opposition à Port-au-Prince, le 20 janvier 2015. AFP/Hector RETAMAL

    Depuis lundi, Haïti dispose d’un nouveau gouvernement, mais la contestation de l’opposition radicale ne faiblit pas. Une nouvelle manifestation a gagné les rues de la capitale ce mardi. La foule a toujours le même mot d’ordre : le départ immédiat du président Martelly qui n’a pas organisé d’élections depuis son arrivée au pouvoir en mai 2011.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Les slogans scandés par les manifestants ne changent pas : pour eux, il faut que Martelly s’en aille. Depuis des mois ils protestent contre la mainmise du président sur le pouvoir. Faute d’élections, le Parlement a cessé de fonctionner la semaine dernière.

    Si le nouveau Premier ministre issu de l’opposition modérée appelle toutes les franges de la classe politique à la table des négociations, pour Assad Volcy, il est hors de question de discuter avec le pouvoir exécutif : « Michel Martelly n'a jamais eu la volonté de négocier, il voulait faire passer le temps pour diriger par décret, ça a été toujours son objectif. Comment demander à la plateforme Piti Dessalines, comment demander au parti Mopod, comment demander à Lavalas, d'aller cautionner cette vérité dictatoriale de Michel Martelly, on ne peut pas. Aujourd'hui, le pays est divisé en deux camps, d'un côté les démocrates, de l'autre ceux qui détiennent tout le pouvoir, et qui veulent livrer les richesses du pays ».

    La mobilisation des opposants radicaux a certes faibli, ils n’étaient que quelques centaines ce mardi dans les rues de la capitale, mais ils ont prévu de multiplier les manifestations. Une opposition farouche que le nouveau Premier ministre devra prendre en compte s’il tient, comme il l’a annoncé, à rassembler l’ensemble des forces politiques de la nation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.