GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Trois jours de deuil en Haïti après un drame au carnaval

    media A Port-au-Prince, le 17 février 2015, plus personne n'avait la tête à faire la fête. L'homme au centre de la photo regarde le fil électrique qui a provoqué le drame. REUTERS/Andres Martinez Casares

    Haïti est endeuillée par un terrible accident survenu lors de la deuxième nuit du carnaval à Port-au-Prince. Dans la nuit de lundi à mardi, un chanteur monté sur un char musical a été électrocuté en touchant une ligne électrique, créant une panique chez les spectateurs. Selon le dernier bilan, 16 personnes sont mortes dans la bousculade, qui a aussi fait 78 blessés. Le drame touche le pays en son cœur, car le carnaval est l’événement culturel numéro 1 en Haïti.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Sur les lieux du drame, ils sont nombreux à être venus voir la ligne électrique qui a engendré la catastrophe. Comme tous ceux présents sur la place du Champ de Mars, Alain témoigne de sa grande tristesse face à l’accident, qui a coûté à la vie à des gens simplement venus s’amuser : « C’est une chose écœurante et c’est vraiment triste, parce que les gens étaient venus prendre du plaisir et ils en sont morts. »

    « Il n’y aura pas de carnaval ce soir ?, demande-t-il. Ok, c’est très bien car devant un événement aussi grave que ça, on est tous Haïtiens, on ne pourrait pas penser à fêter le carnaval. Il faut montrer notre solidarité avec ceux qui sont morts, parce que c’est triste. Personne ne devrait mourir comme ça. Il faudrait que les responsables contrôlent tous les dangers qu’il y a avec les lignes électriques et la circulation des chars. Je suis vraiment triste car ça aurait pu être moi. »

    Evans Paul : « Nous sommes attristés quand le malheur arrive »

    Outre l'annulation des célébrations du troisième et dernier jour du carnaval, en hommage aux victimes et à leurs familles, le gouvernement a décrété trois jours de deuil sur l’ensemble du territoire et des funérailles nationales seront organisées. En présence de la Première dame, de membres du gouvernement et de quelques artistes du carnaval, le Premier ministre Evans Paul a précisé, lors d'une conférence de presse mardi 17 février, le programme de deuil des prochains jours. « Nous projetons d’organiser des funérailles nationales, en concertation avec les familles, a dit Evans Paul. Nous prévoyons cela pour samedi 21 février. »

    Le Premier ministre ajoute : « Nous avons décrété le deuil national pour trois jours, afin qu'il prenne fin justement le jour des funérailles nationales et collectives. Nous disons au peuple haïtien qu’il faut que nous soyons solidaires : nous sommes tous Haïti. Nous sommes tous contents quand il le faut et nous sommes attristés quand le malheur arrive. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.