GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le «féminicide» inscrit dans le droit brésilien

    media En Amérique latine, la société civile est de plus en plus mobilisée contre le « féminicide ». Ici, au Honduras en avril 2014. AFP PHOTO/Orlando SIERRA

    Au Brésil, le « féminicide » ou « fémicide » est désormais inscrit dans le code pénal. Le Parlement brésilien a approuvé, mardi 3 mars, un projet de loi aggravant les peines de ceux qui tuent une femme parce qu'elle est une femme. Un crime répandu au Brésil, avec près de 50 000 morts en une décennie.

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

    C’est la mort de plus de 4 700 femmes, assassinées en 2012, qui avait incité la société civile brésilienne à se mobiliser, appuyée par plusieurs procureurs reconnus et députées militantes. Après une longue campagne de pression exercée l’année dernière, le Parlement brésilien s’est finalement laissé convaincre de modifier le code pénal.

    La nouvelle loi prévoit une peine de douze à trente ans de prison pour le meurtre d'une femme en raison de son sexe, et un tiers de plus si elle est tuée alors qu’elle est enceinte, ou devant ses enfants ou un proche. Des circonstances qui, au Brésil, reviennent presque systématiquement lors des assassinats de femmes : 40 % se trouvaient chez elles quand elles ont été tuées, souvent par un mari, ou ex-mari.

    En dix ans, le nombre de femmes assassinées n’a cessé de croître, en dépit d’une précédente loi votée en 2006 contre les violences domestiques. Malgré la mobilisation des autorités, les violences contre les femmes au Brésil, les viols notamment, restent un grave problème de société. Les dénonciations ont augmenté de 40 % l’année dernière, avec plus de 500 000 prises en charge par les services de santé et de police.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.