GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: Obama cherche l'appui du Congrès contre l'EI

    media Le secrétaire d'Etat John Kerry lors d'un audition face au comité des affaires étrangères du Sénat, le 11 mars 2015. REUTERS/Kevin Lamarque

    Alors que les bombardements américains se poursuivent en Irak et en Syrie contre le groupe Etat islamique, le Congrès américain a examiné la demande d'autorisation introduite par la Maison Blanche. Un texte symbolique, auquel Barack Obama est attaché, afin de renforcer la cohésion des Etats-Unis dans la guerre contre les groupes terroristes. Le secrétaire d’Etat John Kerry a répondu aux questions des sénateurs. Et l’opposition est principalement venue des bancs démocrates.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

    La Maison Blanche n'a pas attendu l'avis du Congrès pour engager les opérations militaires en août dernier. Mais Barack Obama aime, semble-t-il, la difficulté. Il souhaite impliquer les parlementaires dans cette guerre.

    John Kerry a repris les grandes lignes du texte qui sera soumis au vote : il s’agit d’une autorisation de trois ans seulement, sans restriction de territoire et excluant la présence de troupes américaines combattantes au sol. Un point sur lequel le secrétaire d'Etat a insisté face aux inquiétudes des sénateurs. 

    « La mutation durable qui doit avoir lieu ne se fera pas si les Etats-Unis débarquent et repoussent le groupe Etat islamique… Nous pourrions le faire, nous en avons les moyens, mais nous ne voulons pas le faire. Et, d’ailleurs, personne ne nous le demande. Si nous agissons seuls, les terroristes vont se renforcer et c’est ce qu’ils veulent ! C’est pour cela que nous avons une coalition de 62 pays, c’est pour cela que nous travaillons à l’implication de cinq pays arabes, en étroite collaboration avec nous. »

    John Kerry a également souligné l'importance d'avoir le soutien du Congrès dans la lutte de Washington contre les groupes terroristes : « Un texte du congrès apportera de la clarté, et beaucoup plus de force, pour dire que cette contamination galopante à laquelle nous assistons, ne sera pas tolérée… »

    Les Etats-Unis doivent montrer à leurs alliés comme à leurs ennemis que le pays est unanime dans ces opérations anti-terroriste, a plaidé John Kerry. Ajoutant que les Etats-Unis ne doivent rien s’interdire, et Boko Haram, en faisant allégeance au groupe Etat islamique, peut devenir la cible de bombardements américains s’ils menacent la sécurité nationale.

    Paradoxalement, l’opposition républicaine a été constructive, mais certains démocrates ont à nouveau fait part de leur scepticisme. Ils craignent un enlisement et la perspective d’opérations militaires sans limite géographique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.