GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: le fils du président du Suriname lourdement condamné

    media Le président du Suriname, Desi Bouterse. REUTERS/Ranu Abhelakh

    Le fils du président du Suriname, incarcéré aux Etats-Unis, a été condamné mardi à 16 ans de prison par un tribunal de New York. Dino Bouterse était accusé de trafic d'armes et de cocaïne, et d'avoir voulu soutenir le Hezbollah, une organisation considérée comme terroriste par les Etats-Unis. Il avait été arrêté en août 2013 au Panama et extradé vers les Etats-Unis où il avait été inculpé en novembre dernier.

    Dino Bouterse avait été piégé par des agents de la DEA, l'agence antidrogue américaine, qui s'étaient fait passer pour des membres du Hezbollah libanais. En échange de millions de dollars, Dino Bouterse leur avait proposé d'installer un camp d'entraînement du Hezbollah au Suriname pour mener des attaques contre des intérêts américains.

    A l'époque, Dino Bouterse occupait au Suriname le poste de directeur des opérations antiterroristes auquel l'avait nommé son père, Desi Bouterse, le président du pays. « Dino Bouterse était censé s'opposer au terrorisme, mais au lieu de cela, il a trahi son poste et a tenté de soutenir le Hezbollah », a déclaré le procureur dans un communiqué. Pris en flagrant délit par les agents de la DEA, le fils du président surinamien avait été arrêté à Panama le jour où son père Desi Bouterse prenait la présidence tournante de l'Union des nations sud-américaines (Unasur).

    Il avait plaidé coupable aux trois chefs d'accusation : tentative de soutien au Hezbollah, complot pour importer de la cocaïne et port d'arme à feu en liaison avec ce complot. Il était en outre accusé de trafic de drogue à grande échelle entre le Suriname et les Etats-Unis via Trinité et Tobago. Depuis son indépendance, le Suriname est une plaque tournante du trafic de drogue vers les Etats-Unis, l'Afrique et l'Europe.

    ► Pour en savoir plus, retrouvez notre webmagazine « Suriname et Cocaïne »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.