GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pratiques policières: à Ferguson, la colère n’en finit pas de gronder

    media Les deux policiers étaient postés devant le commissariat de Ferguson quand ils ont été blessés par balle, mercredi soir. REUTERS/Lawrence Bryant/St. Louis American

    Le ministre américain de la Justice a condamné les violences de Ferguson. Deux policiers ont été blessés par balle mercredi soir. La petite ville du Missouri est devenue depuis le mois d'août dernier et la mort de Michael Brown, le symbole des violences policières aux Etats-Unis. Un rapport fédéral reconnaît un racisme érigé en système au plus haut niveau des autorités locales. On assiste à des démissions et limogeages en cascade, mais cela ne semble pas calmer les manifestants.

    Avec notre correspondante à Washington,Anne-Marie Capomaccio

    La police de Ferguson n'a pas envenimé les choses aprèsles blessures par balle des deux policiers et reconnaît que les coups de feu ont vraisemblablement été tirés par des personnes isolées, hors de la manifestation. De leur côté, ni la famille de Michael Brown, ni les leaders de la colère contre les violences policières n'endossent ces actes, mais les attribuent à une frustration accumulée après des années d'injustice.

    Le ministre Eric Holder est à l'initiative du rapport fédéral sur les abus policiers envers la communauté noire de Ferguson. Il espère que ses efforts ne seront pas minés par des provocations de ce genre : « Je condamne sans équivoque ces attaques répugnantes. Ces actes lâches et dégoutants ont sans doute été perpétrés pour miner les progrès réalisés, et j'espère que cela ne sera pas le cas. »

    Une ville devenue symbole

    Si la tension ne baisse pas à Ferguson, c’est sans doute parce que tout ce qui est dans le rapport fédéral sur les violences policières et sur le racisme systématique est dénoncé par les manifestants depuis des mois. Or, personne ne les croyait. Il a fallu la mort de Michael Brown, tué par un policier blanc en août, des émeutes raciales et des violences pour que le ministère de la Justice déclenche cette enquête. Et l’enquête, en réalité, ne fait que reconnaître ce que l’on entend à Ferguson dans les manifestations : la dénonciation d’un système qui ciblait la communauté noire dans tous les domaines, un racisme systématique, quotidien et impuni. Aujourd’hui ces faits sont exposés au grand jour et les manifestants demandent des têtes. Le juge, le directeur des services municipaux, le chef de la police sont partis et c’est désormais la police de l’Etat qui va prendre en charge le maintien de l’ordre, mais le maire par exemple n’a pas l’intention de démissionner.

    Ferguson n’est pas la seule ville des Etats-Unis où une enquête fédérale sur les pratiques policières a été lancée. Mais c’est le symbole, le laboratoire de la protestation, et personne ne saura pourquoi la mort de Michael Brown plus qu’un autre décès a provoqué cette vague. Car d’après une association de lutte contre les violences policières, depuis que Michael Brown a été tué par le policier Darren Wilson, plus de 350 incidents de ce genre ont eu lieu.

    Plusieurs enquêtes fédérales sont d’ailleurs en cours sur les pratiques de la police américaine, comme dans l’Ohio par exemple. A Cleveland, un enfant noir de 12 ans avait été tué par un policier blanc alors qu’il avait un pistolet en plastique à la main dans une aire de jeu. Le rapport fédéral, comme pour Ferguson, est accablant. Mais c’est à Ferguson que la mobilisation tient sur la durée et cette petite ville du Missouri est donc un peu le symbole de « la nouvelle lutte pour les droits civiques ». Et tout le pays observe la situation dans le Missouri, espérant que ce sera le début d'un changement de fond qui aboutira à la fin de ces « pratiques discriminatoires » dénoncées par l'enquête fédérale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.