GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
Samedi 23 Juin
Dimanche 24 Juin
Aujourd'hui
Mardi 26 Juin
Mercredi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis-Israël: la Maison Blanche mécontente durcit le ton

    media La première entrevue de Benyamin Netanyahu et Barack Obama dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 18 mai 2009. (Photo : Reuters)

    La brouille se creuse entre Barack Obama et Benyamin Netanyahu. Loin de vouloir calmer les tensions, l’administration américaine durcit sa position à l’égard du Premier ministre israélien dénonçant ses tergiversations.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Avant les élections, Benyamin Netanyahu a dit qu’il n’y aurait jamais d’Etat palestinien. Après le scrutin, il a déclaré qu’il n’y était pas opposé si la sécurité d’Israël était garantie. « Quel Netanyahou croire? », a ironisé vendredi 20 mars Josh Earnest, le porte-parole de la Maison Blanche. La volte-face du Premier ministre n’a en rien atténué la fureur de l’administration américaine qui songe à réévaluer son soutien diplomatique à Israël, à l’ONU.

    Pour montrer son mécontentement, la Maison Blanche envoie lundi prochain son secrétaire général, Denis McDonough, prononcer un discours devant un groupe juif américain, férocement opposé à Netanyahu. Si ce dernier voulait améliorer le climat, comme le note le New York Times, il pourrait rappeler son ambassadeur à Washington, Ron Dermer, qui avait arrangé la venue du Premier ministre au Congrès, sans en avertir la Maison Blanche. Mais il est peu probable qu’il le fasse.

    Toutefois, aussi mauvaises que soient les relations entre les deux dirigeants, cela ne remet pas en question, comme l’a précisé Josh Earnest, les trois milliards de dollars d’aide des Etats-Unis à Israël. De plus, Barack Obama ne peut être trop vindicatif sans risquer d’indisposer l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le lobby juif, qui tout en soutenant Netanyahu, compte parmi ses membres de nombreux démocrates.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.