GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: des parents d’Iguala demandent l'aide d'un baron de la drogue

    media Les familles de disparus ne font plus confiance aux autorités pour retrouver les étudiants d'Iguala. REUTERS/Henry Romero

    Mercredi, certains parents des 43 étudiants qui ont disparu en septembre dernier, dans la localité d’Iguala, dans l’Etat du Guerrero, ont lancé un appel à l’aide au chef d’un groupe de narcotrafiquants pour tenter de retrouver leurs enfants. Un appel justifié par l’échec des autorités.

    « Nous, parents des 43 jeunes, demandons qu’on nous les rende vivants. Faites-nous savoir de quelle manière vous pourriez nous venir en aide. Si vous le souhaitez, nous sommes près à vous rencontrer », peut-on lire sur l’une des affiches placardées dans une des banlieues d’Iguala.

    Cette pancarte, ainsi que de nombreuses autres, a été placardée par un groupe de parents des 43 étudiants disparus l’année dernière, dans cette localité de l’Etat du Guerrero, là où ils ont été vus pour la dernière fois.

    Il demande au chef du cartel des Guerreros Unidos, un certain Santiago Mazari Hernández dit « El Carrete » de leur venir en aide. Selon l’un des parents des enfants disparus, ils auraient pris cette initiative parce que Santiago Mazari aurait lui-même proposé son aide. Sur certaines affiches, les numéros de téléphones des parents ont même été inscrits.

    Le 26 septembre 2014, 43 étudiants avaient disparus à Iguala, une ville aux mains des narcotrafiquants, après avoir été attaqués par des policiers locaux corrompus. Ils auraient ensuite, selon les autorités, été livrés à des tueurs du cartel des Guerreros Unidos, sur ordre du maire. Le cartel les aurait ensuite massacrés. Les familles des étudiants disparus rejettent les conclusions de l'enquête officielle et continuent de s'accrocher à l'espoir de revoir leurs enfants vivants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.