GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Ebola: les présidents de Guinée, Sierra Leone et Liberia à Washington

    media Le président américain Barack Obama et la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf, s'étaient déjà rencontrés le vendredi 27 février à la Maison Blanche. REUTERS/Larry Downing

    Le président Obama a reçu mercredi 15 avril à la Maison Blanche les leaders des trois pays affectés par Ebola: la Libérienne Ellen Johnson Sirleaf, le Guinéen Alpha Condé et le Sierra-Léonais Ernest Bai Koroma. Notant des progrès incontestables dans la lutte contre la maladie, il n’en a pas moins appelé la communauté internationale à rester vigilante.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Les trois présidents sont à Washington pour solliciter de l'aide du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale afin de redresser leur économie qui a beaucoup souffert de l'épidémie. Les recevant à la Maison Blanche, le président Obama a noté que des progrès majeurs avaient été enregistrés. Un total de 40 cas seulement a été recensé la semaine dernière en Guinée et en Sierra Leone et aucun au Liberia.

    Zéro cas, c'est l'objectif que nous devons viser, a-t-il ajouté. Barack Obama, a souligné que le virus est imprévisible et a alors lancé un appel à la vigilance : « Nous devons être vigilants et la communauté internationale doit continuer son partenariat avec ces trois pays jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un seul cas d'Ebola dans aucun d'entre eux. Leurs systèmes de santé doivent être reconstruits pour satisfaire leurs besoins quotidiens. »

    Faisant écho aux propos de Barack Obama, le Dr Frieden, directeur du centre de contrôle et de prévention des maladies d'Atlanta, a estimé devant le Congrès qu'en dépit de progrès encourageants, la menace est loin d'avoir disparu. Anthony Fauci, qui dirige le centre des maladies infectieuses aux Instituts de la Santé, a pour sa part déclaré que les travaux sur un vaccin anti-Ebola, testé sur 1 100 Libériens, avaient donné des résultats prometteurs.


    Liberia : le virus Ebola retrouvé dans le sperme d’un patient guéri depuis plus de six mois

    C'est une nouvelle inquiétante pour les survivants d'Ebola. Des traces du virus ont été découvertes dans le sperme d'un Libérien guéri depuis près de six mois. C'est ce qu'a déclaré mercredi 15 avril l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Le cas de cet homme est une première et il pose beaucoup de questions.

    Jusqu'à présent les scientifiques étaient persuadés qu'Ebola pouvait persister dans le sperme jusqu'à trois mois après la guérison. Ainsi les humanitaires recommandaient aux survivants l'abstinence, ou des rapports protégés pendant 90 jours.

    Mais ce cas de traces, découvertes 175 jours après la sortie du patient, est unique et soulève beaucoup de questions comme l'explique le Dr Hilde de Clerk, spécialiste d'Ebola pour Médecins sans frontières :

    « Ca change quelque chose. On ne sait pas encore quoi et c’est ça le problème. On ne sait pas si c’est un cas exceptionnel et en plus on a vu des traces du virus. Par contre on ne sait pas si ce virus était encore actif. Pour ça, il faut envoyer des échantillons à l’étranger pour les mettre en culture. C’est seulement comme ça qu’on sait dire si le virus trouvé était encore capable d’infecter une personne. Et ça on ne sait pas, on n’a pas la réponse. On peut dire qu’il faut plus de recherches pour pouvoir donner de bons messages à nos survivants. »

    L'OMS a promis une étude pour vérifier si ce cas est une anomalie ou non. L'enjeu touche notamment la réinsertion des survivants dans la société. Déjà stigmatisés par une partie de la population, ils risquent d'être encore plus rejetés s'il est prouvé que leur sperme reste un temps contagieux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.