GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Plusieurs centaines de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» sont rassemblées à Paris ce samedi matin
    • Mondial 2019 de rugby au Japon: la France bat l'Argentine 23-21 dans un match capital pour la qualification
    • Chantier de Notre-Dame: «pas de pression» sur le calendrier des travaux (Franck Riester au «Parisien»)
    • Les Gardiens de la révolution préviennent que tout pays qui attaque l'Iran sera «le champ de bataille» (Hossein Salami)
    Amériques

    Uruguay: d'ex-détenus de Guantanamo bien encombrants

    media Un ancien détenu palestinien de Guantanamo, Mohammed Tahanmatan, dans un quartier de Montevideo, le 12 Décembre 2014. Reuters

    Les autorités uruguayennes sont dans l'embarras depuis qu'elles ont accepté d'accueillir d'anciens détenus de Guantanamo. Les six hommes - quatre Syriens, un Tunisien et un Palestinien - sont arrivés en décembre dernier. Et depuis, leur installation en Uruguay est bien plus compliquée que prévu. Dernier épisode en date : depuis vendredi dernier, quatre d'entre eux campent devant l'ambassade des Etats-Unis à Montevideo.

    De notre correspondante dans la région, Marine de La Moissonnière

    Cinq mois après leur arrivée en Uruguay, aucun des anciens détenus de Guantanamo ne parle vraiment espagnol ni ne travaille alors qu'ils ont reçu des propositions. Le gouvernement a donc décidé d'accélérer un peu les choses. Et pour continuer à toucher les quelque 500 euros qu'ils reçoivent chaque mois, les ex-prisonniers doivent maintenant signer un accord valable un an. Un document dans lequel ils s'engagent à apprendre l'espagnol, à chercher un emploi et à prendre soin de leur santé.

    « Ce n'est pas ce qui était prévu à l'origine. Le gouvernement devait nous prendre en charge pendant trois ans », répondent les quatre protestataires qui ont publié leurs revendications sur un blog. Ils se disent néanmoins reconnaissants envers l'Uruguay, conscients des moyens limités de ce petit pays.

    C'est pourquoi ils demandent aux Etats-Unis de les aider financièrement. « Ils ne peuvent pas laisser le soin à d'autres de réparer leurs erreurs », écrivent encore les quatre hommes qui demandent du temps pour s'acclimater après 13 années passées en prison. L'Uruguay avait déjà indiqué avant cet incident qu'il n'accueillerait pas d'autres ex-prisonniers de Guantanamo.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.