GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Janvier
Mercredi 15 Janvier
Jeudi 16 Janvier
Vendredi 17 Janvier
Aujourd'hui
Dimanche 19 Janvier
Lundi 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: Michelle Bachelet demande la démission du gouvernement

    media Michelle Bachelet avait annoncé la composition de son nouveau cabinet à Santiago, le 24 janvier 2014. REUTERS/Ivan Alvarado

    Au Chili, c’est la surprise. 14 mois après le début de son second mandat, la présidente chilienne Michelle Bachelet demande la démission de tous ses ministres, en pleine crise politique. Des affaires de corruption entachent depuis quelques mois une grande partie de l’élite politique du pays.

    De notre correspondante à Santiago, Claire Martin

    C’est lors d’une interview menée par une star du petit écran chilien que la présidente Michelle Bachelet a choisi d’annoncer un changement de gouvernement. En pleine crise politique aigüe, tout le monde s’y attendait. Mais pas dans ce format, au beau milieu d’un programme de télévision populaire, et pas de cette manière, demandant à tous ses ministres de lui présenter leur démission, et se donnant 72 heures pour décider qui restera et qui partira.

    Du jamais vu dans un pays où la politique est généralement austère, et pour une présidente souvent critiquée pour son manque de décision et de radicalité. Il faut dire que le pays traverse sa pire crise politique depuis le retour à la démocratie en 1990. Le propre fils de la présidente est mis en cause dans une affaire de spéculation immobilière, pour délit d’initié et trafic d’influence. Et des scandales de financement illégal de campagnes électorales impliquent une grande partie du monde politique, des parlementaires mais aussi des ministres.

    Il y a une semaine, la présidente avait annoncé d’importantes mesures anti-corruption. Il semble qu’elle ait trouvé qu’il en fallait plus pour réconcilier les Chiliens avec leurs représentants.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.