GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Omar Khadr, plus jeune détenu de Guantanamo, savoure sa liberté

    media Omar Khadr lors d'une conférence de presse à Edmonton, le 7 mai 2015. REUTERS/Dan Riedlhuber

    Pour la première fois en 13 ans, Omar Khadr profite de ses premières heures de liberté, lui qui a passé presque la moitié de sa vie derrière les barreaux. Seul Canadien a avoir passé une décennie à Guantanamo, ce jeune homme dont le père était un proche d'Oussama Ben Laden bénéficie d'une liberté provisoire en Alberta, une des provinces canadiennes. Une liberté très encadrée cependant.

    Avec notre correspondante au Québec, Pascale Guéricolas.

    Pour les prochains mois, Omar Khadr va séjourner chez son avocat, tout en portant un bracelet électronique pour surveiller ses déplacements et en respectant un couvre-feu. Ces restrictions n'avaient pas l'air cependant de lui peser alors qu'il s'adressait aux journalistes : « J'aimerais remercier le public canadien pour m'avoir fait confiance et m'avoir donné ma chance. Cela prendra peut-être du temps, mais je leur prouverai que je suis quelqu'un de bien. Merci beaucoup. »

    Cette liberté provisoire constitue une victoire éclatante pour les défenseurs d'Omar Khadr qui l'ont toujours considéré comme un enfant-soldat puisqu'il a été arrêté en Afghanistan et emprisonné alors qu'il n'avait que quinze ans.

    Pourtant, le gouvernement canadien continue à le considérer comme un dangereux terroriste et à contester toute mise en liberté provisoire. Une attitude que la juriste Fannie Lafontaine, spécialisée en droit international, juge très politique : « Heureusement on est devant les tribunaux et donc ce qui compte, ce sont les arguments juridiques. Et ce qu’on voit, c’est que Khadr [a] gagné plusieurs batailles judiciaires. Maintenant qu’il est au Canada, les tribunaux qui traitent de sa cause, ce sont des tribunaux indépendants et impartiaux. Et c’est peut-être un facteur de réjouissance en tout cas pour le public, pour l’Etat de droit de façon générale. »

    Dès la semaine prochaine, la joute judicaire continue puisque la Cour suprême canadienne devra décider si Omar Khadr doit purger une peine pour adulte ou pour mineur.
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.