GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Québec: un magnat de la presse élu chef des indépendantistes

    media Pierre-Karl Péladeau a été élu chef du Parti québécois (PQ). Québec, le 15 mai 2015. REUTERS/Mathieu Belanger

    Pierre-Karl Péladeau a été élu vendredi 15 mai nouveau chef du Parti québecois (PQ) avec 57,6 % des voix. Le propriétaire d'un puissant groupe de télécommunications est arrivé récemment en politique. Il a fait campagne sur l'indépendance du Québec, cette province francophone canadienne. Le portrait de celui que le Québec surnomme déjà PKP.

    Avec notre correspondante à Québec, Pascale Guéricolas

    Il a fait une entrée fracassante dans le monde politique en se présentant comme député lors de la dernière campagne électorale provinciale en 2014. Le poing levé, Pierre-Karl Péladeau a clamé qu’il voulait un pays. Une phrase qui a galvanisé le Parti québécois qui a perdu la moitié de ses adhérents en dix ans.

    Héritier d’un magnat de la presse, PKP de son surnom, possède un véritable empire médiatique. Journaux, station de télévision, maison d’édition, entreprise de télécommunications, ses tentacules s’étendent sur une bonne partie du monde des communications. Trop d’ailleurs aux yeux de ses détracteurs qui le comparent parfois à Silvio Berlusconi.

    Depuis des mois ses adversaires politiques réclament que ce député bâtisse un mur pare-feu entre lui et son empire Québecor. Comment les rédactions pourraient traiter objectivement des faits et gestes d’un éventuel chef du gouvernement qui serait aussi leur patron ? Cette question devra être réglée dans les semaines à venir pour le nouveau dauphin du Parti québécois, sous peine de devenir une arme redoutable dans les mains de ses rivaux politiques.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.