GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Guatemala: manifestations pour la démission du président

    media Des milliers de personnes ont manifesté samedi 16 mai au Guatemala pour réclamer la démission du président Otto Perez Molina et la fin de la corruption dans les hautes sphères du pouvoir. REUTERS/Josue Decavele

    Samedi 16 mai, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues du Guatemala pour réclamer la fin de la corruption à la tête de l'Etat. Les manifestants ont aussi réclamé la démission du président Otto Perez Molina, candidat à sa succession en septembre prochain. Une mobilisation rare dans le pays. Le pouvoir est empêtré dans une affaire de réseau de corruption et de fraudes aux taxes douanières. La vice-présidente a d'ailleurs dû démissionner.

    Au Guatemala, des milliers de personnes ont manifesté dans la capitale et en province ce week-end pour réclamer la fin de la corruption dans les sphères politiques. Mi-avril, le parquet et la Commission internationale contre l'impunité au Guatemala avaient révélé une affaire de réseau de corruption et de fraudes aux taxes douanières, opérée par le secrétaire particulier de la vice-présidente du pays, Roxana Baldetti. Celle-ci a assuré ne pas être au courant mais a démissionné le 8 mai dernier.

    Les manifestations de citoyens de tous horizons comme celle de samedi sont peu communes au Guatemala. Mais cette fois, les Guatémaltèques ont réagi, comme l'explique Hector Reyes, avocat au Centre d'action légale des droits de l'homme (CALDH) du Guatemala : « C'est la fatigue de la société qui s'exprime. On est fatigués des niveaux de corruption qui ont dépassé les limites, donc nous nous sommes réveillés avec ces rassemblements pacifiques et nous demandons la fin de la corruption et de l'impunité. Nous approchons des élections et le message s'adresse aussi aux nouveaux responsables politiques en leur disant que la société guatémaltèque s'est réveillée et qu'on fera désormais un audit social minutieux sur ce que chacun des fonctionnaires de l'Etat devra accomplir. »

    La démission du président Otto Perez Molina réclamée

    Les manifestantsréclament également la démission du président Otto Perez Molina, qui se représente le 6 septembre prochain. Pour Hector Reyes, «c'est impossible qu'il n'ait pas été au courant de ce qui se passait. La presse guatémaltèque a publié la façon dont les biens patrimoniaux de ces deux hauts fonctionnaires ont augmenté pendant leur mandat, alors qu'on n'a pas assez de médicaments dans les hôpitaux, nous n'avons pas un niveau acceptable d'éducation, pas de sécurité non plus. Il fallait dire stop, on ne pouvait pas en rester là. Et c'est une bonne chose que ces réunions pacifiques aient réussi à revendiquer tout cela. »
     

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.