GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Honduras: la population vent debout contre le président

    media Environ 8 000 manifestants ont marché vendredi 5 juin dans les rues de Tegucigalpa, la capitale du Honduras, pour demander la démission du président, Juan Orlando Hernandez. REUTERS/Jorge Cabrera

    Le Honduras n'est pas seulement en proie à l'insécurité et à la violence, il souffre aussi de graves cas de corruption. Depuis plusieurs semaines, le président Juan Orlando Hernandez affronte une véritable vindicte populaire. Son parti est soupçonné d'avoir reçu des sommes colossales, détournées de la Sécurité sociale, pour financer sa campagne électorale en 2013.

    Ils étaient encore des milliers à descendre dans les rues de Tegucigalpa vendredi 5 juin. Les Honduriens sont vent debout depuis les révélations sur le financement de la campagne qui a mené au pouvoir leur actuel président, Juan Orlando Hernandez.

    L'opposition hondurienne l'accuse d'avoir reçu 90 millions de dollars détournés sur les fonds de la Sécurité sociale. Dans un pays où six habitants sur dix vivent en dessous du seuil de pauvreté, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, estime Juan Ferrera Lopez, ex-coordinateur du Conseil national contre la corruption. « La mobilisation massive de la population est à la hauteur du montant faramineux des fonds détournés. Car les gens ici pensent en même temps à tous ceux qui ont perdu leurs vies par manque d’assistance médicale ou de médicaments dans les services de santé publics, explique Juan Ferrera Lopez. La population est extrêmement indignée et manifeste contre les arrangements frauduleux au sein du pouvoir. Le refus est total, même s’il aurait dû se manifester plus tôt ».

    Le président Hernandez a dû reconnaître le détournement de fonds au profit de son parti, mais dit ne pas avoir été au courant. Il refuse de céder à la rue qui demande sa démission.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.