GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Après la tuerie de Charleston: le débat difficile sur le port d'armes

    media Manifestation anti-armes avec des banderoles accusant le lobby des armes aux Etats-Unis (NRA), de « tuer les enfants » et d’avoir « du sang sur les mains », après la tuerie de Sandy Hook fin 2012, dans laquelle de nombreux enfants ont perdu la vie. Alex Wong/Getty Images/AFP

    Après l'attentat de Charleston, où un jeune suprématiste blanc a tué neuf fidèles dans une église de la communauté afro-américaine, Hillary Clinton a été la seule candidate à la présidentielle de 2016 à prendre la parole sur le contrôle des armes. Dans un pays où la possibilité de se défendre par les armes est garantie par la Constitution, le débat sur ce sujet est difficile à engager. 300 millions d'armes, presque autant que le nombre d'habitants, sont en circulation aux Etats-Unis.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Les militants en faveur d'un strict contrôle de la circulation des armes ont eu un espoir après la tuerie de Sandy Hook en décembre 2012. Un jeune homme avait alors tué 26 personnes, pour la plupart des enfants, dans leur salle de classe.

    Espoir très bref, car le texte de loi restreignant l'accès aux armes introduit au Congrès n'est pas allé très loin. Ni les républicains, ni les démocrates n'ont voulu prendre le risque de porter atteinte à ce que beaucoup d'Américains considèrent comme un droit élémentaire.

    Echec au niveau fédéral donc, et succès très mitigé au niveau des états. Aujourd'hui, seuls huit d'entre eux — sur 50 — ont instauré un contrôle des antécédents, lorsqu'une personne souhaite acquérir une arme.

    Dans certains états, les tueries successives ont même provoqué l'effet inverse, on a voté des lois assouplissant le port d'arme. En Géorgie par exemple, on peut depuis un an, circuler partout avec son pistolet.

    D'après la dernière étude de l'institut Gallup réalisé en janvier, les Américains ne sont que 30 % à vouloir changer leur loi. Le pays ne semble donc pas prêt à discuter cette question. Le tueur présumé de Charleston avait reçu une arme pour son 21e anniversaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.