GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Affaire Khashoggi: Guterres (ONU) juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée
    • Syrie: la coalition affirme avoir détruit un site du groupe EI dans une mosquée (communiqué de l'armée américaine)
    • L'armée israélienne a annoncé avoir découvert un nouveau tunnel du Hezbollah, le quatrième vers Israël (communiqué)
    Amériques

    A la Une: un nouveau plan pour fermer la prison de Guantanamo

    media L'entrée du camp Delta de Guantanamo, situé dans l'île de Cuba Creative commons

    Le président américain s’était engagé à fermer cette prison lors de sa première campagne présidentielle en 2008. Et comme le rappelle le Miami Herald ce matin, il avait réitéré cet engagement en 2013, estimant selon le quotidien que cette prison « n’était pas nécessaire pour protéger les Etats-Unis ». « Elle est chère, inefficace, elle fait du mal aux Etats-Unis sur la scène internationale. C’est un outil qui sert au recrutement pour les extrémistes. Nous devons la fermer », avait martelé à l’époque le président américain dans des propos repris ce jeudi matin par le Washington Post.

    Selon le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest, « l'administration met en fait la dernière main à la préparation d'un plan visant à (fermer) de manière responsable et sûre la prison de Guantanamo et à le présenter au Congrès ».

    Il reste à l’heure actuelle 116 prisonniers à Guantanamo, dont 50 % sont libérables, mais ne trouvent pas de pays d’accueil rappelle le Miami Herald. « C'est une priorité pour le président », a répété hier Josh Earnest. Et il y a urgence puisqu’il ne reste plus que 18 mois à Barack Obama pour fermer Guantanamo avant qu’il ne quitte définitivement la Maison Blanche.

    Barack Obama s’envole pour le Kenya.
     
    Barack Obama part aujourd’hui pour Nairobi, capitale kényane où il effectuera sa première visite en tant que chef d’Etat. Le New York Times, comme une grande partie de la presse américaine, consacre une partie de sa Une à ce déplacement avec ce titre : « Ce voyage en Afrique renvoie Barack Obama à une face complexe de sa personne ».
     
    Le quotidien rappelle son premier voyage au Kenya, lorsque l’actuel président espérait combler « un grand vide » qu’il ressentait en lui en visitant pour la première fois le pays de son père. Il avait alors été accueilli à l’aéroport par une de ses demi-sœurs et un de ses oncles. 28 ans plus tard, il revient dans la peau du président des Etats-Unis, avec un dispositif de sécurité monstrueux selon le quotidien new-yorkais. Tout l'inverse de son premier voyage.
     
    L’Afrique est un continent qui intéresse tout particulièrement Barack Obama maintenant qu’il arrive à la fin de son mandat, estime le New York Times, qui rappelle qu’un sommet des chefs d’Etats africains a été organisé l’année dernière à Washington et que le Congrès américain vient de renouveler un accord commercial avec l’Afrique. Et preuve de son engagement pour le continent africain, après son étape kényane, le président se rendra en Ethiopie. Il sera le premier président américain de l'histoire à s'y déplacer.
     
    Au Venezuela, les partis de l’opposition auront un seul candidat pour les législatives de décembre.

    Une décision très attendue et que l’on retrouve en Une d’El Nacional. Un seul candidat représentera l’opposition dans chaque circonscription lors de ce scrutin qui pourrait permettre à la MUD, la coalition de l’opposition, de mettre un terme à la domination du PSUV, le Parti socialiste uni vénézuélien. Cinq accords entre les différents partis qui forment cette coalition auront été nécessaires pour parvenir à ce résultat, détaille El Nacional.
     
    En Bolivie, la grève des mineurs se muscle


    Hier mercredi dans les rues de La Paz, la capitale bolivienne, de nombreux incidents ont été enregistrés. Cela fait désormais 18 jours que ce mouvement social a débuté pour protester contre le manque d'investissements du gouvernement dans cette région minière et touristique, rappelle ce matin La Prensa.
     
    Mercredi, alors que des discussions se tenaient à Potosi entre le gouvernement et les dirigeants du Comité civique de Potosi, des heurts ont été enregistrés à La Paz. Les discussions à Potosi se sont soldées par un échec, selon El Potosi, ce qui a tendu la situation dans la capitale bolivienne. Les manifestants ont détruit de nombreuses installations publiques, ils ont même ouvert la porte du ministère du gouvernement en faisant exploser un bâton de dynamite. Selon La Prensa, une personne a été arrêtée et il y aurait de nombreux blessés.
     
    Aujourd’hui, de nouvelles discussions sont prévues, toujours à Potosi, selon le quotidien local. Mais d’après les représentants des grévistes, il y aurait peu de chance qu’un accord ne soit trouvé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.