GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    L’assassin du lion Cecil devient la cible des réseaux sociaux

    media Pour protester, des manifestants ont déposé des dizaines d’animaux en peluche sur le pas de la porte de Walter Palmer, qui a reconnu avoir tué le célèbre lion Cecil. REUTERS/Eric Miller

    La mort de Cecil, le plus célèbre lion du Zimbabwe tué illégalement par un chasseur américain, provoque un réel émoi aux Etats-Unis. Walter Palmer, un dentiste du Minnesota, a reconnu avoir tué l’animal et s’est excusé dans un communiqué qui a été rendu public. Cela n’a pas calmé l’opinion publique qui s’acharne sur le chasseur par l’intermédiaire des réseaux sociaux.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Caméras de surveillance et policiers en faction devant son cabinet de Minneapolis, le bureau du docteur Palmer est protégé contre la vindicte populaire. Ce dentiste de 55 ans, passionné de chasse traditionnelle à l’arc, a atteint en quelques jours une célébrité dont il se serait bien passé.

    Walter Palmer l’a reconnu, il est bien l’homme qui a tué Cecil, le célèbre lion du Zimbabwe. Dans une lettre d’excuses, le dentiste plaide la faute par manque d’information. Ses guides, écrit-il, ne lui ont jamais dit que Cecil était un animal protégé.

    Une pétition pour demander son extradition

    Le docteur Palmer a indiqué qu'il se tenait le cas échéant à la disposition des autorités américaines et zimbabwéennes. De son côté, le service de protection de la faune sauvage a offert sa coopération aux autorités zimbabwéennes mais les juristes estiment que Walter Palmer ne peut être poursuivi pour une faute commise par les guides locaux.

    La vie du dentiste est toutefois devenue un enfer. Plus de 10 000 personnes ont signé une pétition demandant son extradition à Harare. Tous les détails de sa vie privée ont été publiés sur les réseaux sociaux : son adresse, son téléphone, ses photos, une ancienne affaire de chasse à l’ours illégale, une plainte pour harcèlement sexuel. Des manifestants ont déposé des dizaines d’animaux en peluche sur le pas de sa porte. Walter Palmer reste invisible.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.