GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: l'Institut Lula visé par une bombe dans un climat de tensions

    media Un tableau de l'artiste brésilien Vik Muniz représentant l'ex-président Lula, dans l'entrée de l'Institut Lula, le 31 juillet 2015. REUTERS/Nacho Doce

    Les enquêteurs brésiliens n’ont toujours aucune piste concernant l'auteur de l'attaque perpétrée jeudi soir à Sao Paulo contre l'Institut Lula, qui sert de bureau à l'ancien président. Un homme non identifié a jeté une bombe de faible portée qui n'a fait que des dégâts matériels. Un incident qui intervient dans un climat politique de plus en plus tendu, sur fond de grand scandale de corruption.

    Avec notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard

    « Provocation », « terrorisme », les réactions sont nombreuses dans le camp de Lula après l'attaque de jeudi contre l'Institut Lula à Sao Paulo. La présidente Dilma Rousseff a évoqué sur les réseaux sociaux la menace de destruction de la démocratie.

    Pour le maire de São Paulo, Fernando Haddad, même si l'explosion n'a pas entraîné de graves conséquences, il s'agit bien d'un attentat. « J'espère qu'il s'agit d'un incident mineur, explique-t-il. Mais dans le contexte actuel, ça m'inquiète... Cela fait un peu partie de la culture d'intolérance qui est dans l'air. C'est un moment délicat, les démocrates doivent se réunir autour des institutions pour faire respecter le pluralisme. Le Brésil est encore une jeune démocratie, cela fait seulement 30 ans qu'on est sorti de la dictature et récemment on a eu des manifestations au cours desquelles certains appelaient au retour des militaires au pouvoir. Il existe encore une culture autoritaire au Brésil et on doit faire attention à cela. »

    Le Parti des travailleurs (PT), au pouvoir depuis douze ans, est accusé de corruption et d'incompétence pour avoir plongé le pays dans la récession. De leur côté, les dirigeants accusent l'opposition d'avoir des velléités putschistes. Les deux camps se radicalisent. Et ce, alors que dans deux semaines exactement, de nouvelles manifestations contre la corruption et en faveur de la destitution de Dilma Rousseff doivent avoir lieu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.