GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: un activiste recherchant les 43 étudiants disparus abattu

    media Miguel Angel Jimenez (en rouge) pendant les recherches des 43 étudiants disparus. Acatlan, dans le sud-ouest de l'Etat de Guerrero, le 30 octobre 2014. REUTERS/Henry Romero

    Cela faisait presque un an que Miguel Angel Jimenez consacrait une grande partie de sa vie à tenter de trouver 43 étudiants mexicains disparus dans l'Etat de Guerrero, en septembre dernier. Il avait transmis son énergie à de nombreuses familles de disparus. Samedi 8 août, il a été retrouvé mort.

    Son corps, couvert de sang, reposait au volant de son taxi sur le bord de l'autoroute qui va d'Acapulco à Mexico. Il avait confié au journal espagnol El Pais qu'il avait la chair de poule rien que d'imaginer les victimes des cartels, seuls, dans l'obscurité, à attendre la balle qui les tuerait.

    Malgré cette peur, le conducteur de taxi avait mené avec d'autres habitants de la région des recherches acharnées pour retrouver les 43 étudiants disparus en septembre dernier, près d'Acapulco. Ces jeunes avaient été arrêtés par la police locale et remis au cartel des Guerreros Unidos.

    Miguel Angel Jimenez n'a pas retrouvé ces étudiants, mais à force de retourner la terre des environs, il a découvert de nombreuses fosses communes contenant des dizaines de corps.

    Avant la disparition des étudiants, il dirigeait déjà la police communautaire de l'Union des peuples et des organisations de Guerrero (UPOEG), un groupe d'autodéfense composé de paysans et de professeurs. Mais sur fond de divisions, son équipe s'est scindée en deux. Selon le journal mexicain Reforma, Miguel Angel Jimenez accusait le chef de la nouvelle faction d'être au service des narco-trafiquants. Des accusations qui lui auraient valu plusieurs menaces de mort. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.