GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Aujourd'hui
Mardi 31 Mai
Mercredi 1 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    L’ancien président tchadien Hissène Habré est condamné à la prison à perpétuité par les Chambres africaines extraordinaires
    Amériques

    Chili: 14 militaires condamnés pour le meurtre du chimiste de Pinochet

    media L'ex-chimiste de la Dina, la police politique sous Pinochet, Eugenio Berrios, a été retrouvé mort en 1995 en Uruguay. AFP PHOTO / LA NACION

    Une décision rarissime. La Cour suprême chilienne a condamné ce mardi 14 militaires à des peines de prison ferme pour avoir séquestré et assassiné Eugenio Berrios. C'était l'un des membres de la police secrète chilienne sous Pinochet et surtout le chimiste qui empoisonnait les opposants politiques, notamment avec du gaz sarin.

    Avec notre correspondante à Santiago du Chili,  Laurie Fachaux

    Les 14 militaires à la retraite — onze Chiliens et trois Uruguayens — ont écopé de peines allant de cinq à vingt ans de prison ferme et ne pourront pas faire appel. C'est une décision très rare au Chili, car jusqu’à cette date, moins de 90 militaires se trouvaient derrière les barreaux pour des crimes commis pendant la dictature.

    Ce dossier est d'autant plus hors du commun puisque la personne ici séquestrée et assassinée n’est pas un opposant à Pinochet mais un ancien membre de la police secrète. Eugenio Berrios en était le chimiste pendant 17 ans durant lesquels il a empoisonné les opposants politiques.

    Ses anciens collègues ont commencé à s’inquiéter quand Eugenio Berrios a souhaité se rendre à l’ambassade du Chili en Uruguay, ou il s’était caché, après le retour à la démocratie. Pour éviter une comparution devant la justice, une vingtaine de militaires a alors séquestré et tué le chimiste. Son corps a été retrouvé sur une plage en Uruguay en 1995.

    Cette condamnation de la Cour suprême intervient vingt ans après cette découverte, et quatre jours après la mort de Manuel Contreras, le bras droit de Pinochet. L'organe judiciaire assure toutefois que c’est un simple hasard du calendrier, et qu’il n’a pas reçu de pression du gouvernement. Dans ce contexte, le gouvernement de Michelle Bachelet a déclaré le week-end dernier « réaffirmer son engagement avec le respect des droits de l'homme ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.