GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)
    Amériques

    Elections en Haïti: 14 candidats auteurs de violences radiés

    media Les travailleurs électoraux livrent les sacs de bulletins de vote pour procéder au comptage des voix à Port-au-Prince, le 10 août 2015. REUTERS/Andres Martinez Casares

    Les résultats définitifs des élections législatives en Haïti devraient être connus le 8 septembre seulement, mais ce mercredi, le Conseil électoral provisoire (CEP) doit rendre publiques les conclusions du scrutin du 9 août. Quatorze candidats coupables de violences ont d’ores et déjà été exclus du processus par le CEP.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    Tirs à l'arme automatique à proximité de centres de vote, saccage de bureaux, destruction de bulletins ou encore agression d'un membre du personnel électoral, le communiqué publié par le Conseil électoral provisoire (CEP) donne en détail les faits reprochés aux candidats désormais exclus des élections. Et ils sont quatorze à avoir été radiés : treize prétendants à des postes de députés et un candidat au Sénat qui siégeait d'ailleurs comme député dans la dernière Assemblée.

    A l'issue du scrutin, le CEP avait annoncé qu'il n'y aurait pas de clémence pour les fauteurs de troubles. Le 9 août, des incidents violents avaient provoqué la fermeture de dizaines de centres de vote à travers le pays. En excluant ainsi des candidats personnellement impliqués dans les violences, l'administration électorale tient à montrer sa fermeté.

    Ce sont désormais aux tribunaux des circonscriptions concernées de gérer les dossiers. Ces quatoze candidats radiés encourent, selon les cas, des peines de prison allant jusqu'à cinq ans et la perte de leurs droits civils et politiques pour un maximum de dix ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.