GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Des millions de candidats à l’adultère démasqués par des hackers

    media La page d'accueil du site est on ne peut plus explicite. Ashley Madison

    Le site de rencontres extraconjugales Ashley Madison, présent dans 46 pays, a été victime en juillet d’un piratage informatique à grande échelle. Près de 40 millions d’internautes infidèles à travers le monde se trouvent désormais à la merci des hackers qui ont commencé mardi à mettre en ligne les données en sa possession.

    Le mythe de la confidentialité des données sur Internet vient encore d’en prendre un sérieux coup. Le piratage informatique à grande échelle de données confidentielles n'est certes pas nouveau, mais l’affaire fait en ce moment le tour de la Toile car elle sent le soufre : les données de 37 millions d’utilisateurs d’un site de rencontre extraconjugales créé en 2001 et dénommé Ashley Madison (slogan : « La Vie est courte, Trompez votre conjoint ») ont été volées en juillet par des pirates informatiques.

    Pire pour les clients de ce service d’un genre un peu spécial : non content de se vanter de leur forfait, les hackers – qui communiquent sous le pseudonyme de The Impact Team – ont mis mardi leur menace à exécution : publier sur internet les noms et adresses des utilisateurs et utilisatrices si Avid Life Media, la société canadienne propriétaire d’Ashley Madison, ne fermait pas le site.

    Une mine d’informations

    Même si les données, qui représentent près de 10 Go de volume, n’ont pour l’heure été déversées que sur le « dark net », ce réseau internet uniquement accessible grâce à des navigateurs spécialement configurés, l’affaire a été jugée suffisamment sérieuse pour que le FBI, la police fédérale américaine, mène une enquête destinée à mettre rapidement les pirates hors d’état de nuire.

    « Ce dépôt massif de données semble authentique et contient les noms d’utilisateurs, les mots de passe, les quatre derniers chiffres des cartes de crédit, des adresses, plein de noms et plein, plein plein d’autres choses », a indiqué à l’Agence France-Presse, Dave Kennedy, de la société TrustSec, spécialisée dans la protection de données.

    Si les Etats-Unis sont les principaux touchés, ils ne sont pas les seuls, puisqu’Ashley Madison est présent dans 46 pays, dont la France où il compterait quelque 600 000 adeptes parmi lesquels 260 000 se servent d’un nom de domaine se terminant par .fr. Plus embarrassant encore pour les utilisateurs français démasqués – et c’est le cas dans les autres pays –, nombre d’entre eux se sont enregistrés avec leur adresse de courriel professionnelle.

    On trouverait ainsi de nombreux candidats à des relations extraconjugales avec des adresses qui se terminent par des noms de domaines officiels de ministères, de municipalités, d’universités, d’organismes publics ou encore d’entreprises privées, des informations qui, si elles sont prouvées, pourraient s’avérer particulièrement embarrassantes pour les personnes concernées vis-à-vis de leurs conjoints mais aussi de leur administration ou de leur employeur.

    Un « tiers non autorisé »

    Pour l’heure, impossible de savoir qui se cache derrière cet Impact Team qui semble se poser en garant de l’ordre moral. Les pirates avaient en effet clamé en juillet à propos du site « ces pourritures d’infidèles ne méritent pas notre discrétion ». Selon la direction d’Avid Life Media, l’origine de la fuite des données proviendrait d’« un tiers non autorisé » qui a eu accès aux données « par le biais de différents points sur le site », ainsi que le révèle l’AFP. Sans doute consciente du risque, la société avait engagé – dit-elle – l’une des meilleures équipes au monde en sécurité informatique pour atténuer l’attaque. Des dispositions tardives qui, manifestement, n’ont pas suffi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.