GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Guatemala: manifestations contre la corruption dans tout le pays

    media Des manifestants exigent la démission du président Otto Pérez, dans les rues Guatemala City, le 27 août 2015. REUTERS/Jorge Dan Lopez

    Ce jeudi, des milliers de Guatémaltèques sont descendus dans les rues de la capitale et des principales villes du pays. Un pays partiellement paralysé par une grève générale. Ils manifestaient une fois de plus contre la corruption. Leur principale exigence : le départ du président Otto Pérez, accusé de faire partie lui aussi d’un réseau criminel d’évasion fiscale.

    Avec notre correspondant dans la région, Patrick John Buffe

    La pression sur le président Otto Pérez est toujours plus forte. Et ces nouvelles mobilisations, qui réunissaient tous les secteurs de la société, l’ont démontré. Les Guatémaltèques ont ainsi exprimé haut et fort leur ras-le-bol face à des autorités corrompues, à commencer par le chef de l’Etat dont ils exigent la démission immédiate.

    La clameur s’est encore accrue depuis que le ministère public et la Commission des Nations unies contre l’impunité au Guatemala (Cicig) ont accusé le président d’avoir participé aux activités de La Ligne. Ce réseau permettait à de hauts fonctionnaires de toucher des pots-de-vin versés par des importateurs qui, eux, en échange, bénéficiaient d’une forte réduction des taxes douanières.

    La crise politique s’approfondit au fur et à mesure des révélations et des nouvelles accusations portées par la justice : la vice-présidente Roxana Baldetti est en prison préventive ; une commission d’enquête du Congrès doit se prononcer sur la levée de l’immunité du chef de l’Etat ; et plusieurs ministres ont décidé de quitter le gouvernement. À dix jours des élections présidentielles, certains craignent que le pays ne devienne ingouvernable, si Otto Pérez ne démissionne pas.

    → À (RE)LIRE : Corruption au Guatemala: vers la fin de l'immunité du président Pérez ?

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.