GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: réinvestiture du Premier ministre démis Ranil Wickremesinghe
    • Yémen: de violents combats et des raids aériens à Hodeïda malgré la trêve (sources progouvernementales)
    Amériques

    Haro sur les paramilitaires colombiens dans les rues de Caracas

    media Le président vénézuélien Nicolas Maduro a pris la parole lors de la manifesation contre les paramilitaires colombiens à Caracas, le 28 août 2015. REUTERS/Marco Bello

    Ce vendredi, des milliers de Vénézuéliens se sont rassemblés aux abords du palais présidentiel à Caracas : une marche « au nom de la paix et contre le paramilitarisme ». Depuis une semaine, la frontière entre le Venezuela et la Colombie est fermée sur ordre des autorités vénézuéliennes. En cause : une embuscade dans laquelle 3 militaires et 1 civil ont été blessés, attaque attribuée par le Venezuela à des paramilitaires colombiens. Depuis, plus d'un millier de Colombiens ont été expulsés du pays. Et le président Maduro s'est exprimé ce vendredi pour « défendre la souveraineté du pays ».

    Reportage de notre correspondant à Caracas, Julien Gonzalez

    Avec sa pancarte « Le Venezuela exige le respect », Virli attend son président. Elle est venue manifester contre le paramilitarisme mais c'est surtout le système d'accaparement et de contrebande à la frontière qu'elle dénonce.

    « Il y a un important pillage à la frontière de nourriture, d'essence, de monnaie, explique-t-elle. C'est une somme de problèmes et l'idée est de profiter de tous ces facteurs pour créer un chaos à la frontière entre le Venezuela et la Colombie. Nous sommes des pays frères, des pays de l'Amérique latine, Simon Bolivar est le libérateur que nous avons en commun, donc nous sommes là pour bien faire comprendre à nos frères Colombiens que notre bataille n'est pas contre eux. »

    « Nous devons être traités en premier »

    « Je suis contre le paramiltarisme mais pas contre la Colombie », un discours qu'a déjà répété plusieurs fois le président Maduro depuis le début de la crise. Pourtant, d'autres manifestants en appellent à une priorité pour les Vénézuéliens.

    « Je suis Vénézuélienne, je travaille et je n'ai toujours pas de voiture ou de maisons dignes, déplore Daisy, une autre manifestante. La patrie vénézuélienne a donné de nombreux logements dignes à des Colombiens. Beaucoup de Colombiens vivent mieux que nous. Nous disons à notre papa Nicolas Maduro que notre mère, c'est le Venezuela, et que nous, les Vénézuéliens, sommes les enfants légitimes, et que nous devons être traités en premier. »

    Le président Nicolas Maduro a appelé à une réunion avec son homologue colombien pour traiter cette question de la frontière, « où il veut, quand il veut et comme il veut ». Il a cependant annoncé que la fermeture de la frontière s'étendrait à de nouvelles municipalités de l'Etat frontalier dès ce samedi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.